Le ministère français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, estime que la fermeture des frontières extérieures de la France et des autres pays de l’Union européenne sera prolongée au-delà de la date arrêtée initialement, à savoir le 15 juin. Le ministre espère, par ailleurs, ouvrir davantage les frontières intérieures de l’Europe à cette date. Toutefois, il est déconseillé, pour le moment, aux Français de programmer un voyage dans un autre pays, indique-t-il, ce mardi 26 mai, au micro de France Inter.

Le ministère français des Affaires étrangères estime qu’il est « vraisemblable » que les frontières extérieures de la France et de l’espace Schengen « seront toujours fermées après le 15 juin, parce que la pandémie se répand dans d’autres pays de manière extrêmement significative ».

Jean-Yves Le Drian indique, toutefois, que les autorités françaises et européennes attendront le 15 juin prochain pour voir « plus clair sur les résultats du confinement et la possibilité d'ouvrir davantage les frontières intérieures de l'Europe ». Il pense, cependant, qu'il « va falloir appréhender la situation à la fin de la semaine pour voir si on peut aller au-delà de ces ouvertures ».

"Aujourd'hui, il y a des contrôles, des restrictions de circulation de l'espace européen qui s'assouplissent progressivement pour permettre de faciliter le passage pour les travailleurs frontaliers et les personnels de santé", souligne Jean-Yves Le Drian.

À lire aussi :  Air Algérie lance ses vols sur le réseau africain

Le Drian déconseille aux Français de prévoir des vacances

Interrogé sur la perspective des vacances d'été, Jean-Yves Le Drian "souhaite" que les Français puissent partir en Europe cet été, mais aussi que les touristes européens puissent venir en France : "C'est ce que je souhaite et j'espère que ce sera possible. En tout cas, on fera tout pour que ce soit possible », précise-t-il.

Le Drian estime, néanmoins, qu’il n’est pas recommandé de prévoir des vacances en Europe «  dans la phase de déconfinement dans laquelle nous sommes. »

Il juge que « demain, si d'aventure les informations sur la pandémie s'avèrent toujours positives (…) et que les pays européens, progressivement, ouvrent leurs frontières et limitent les contrôles, alors il n'y a pas de raison » que des vacances en Europe ne soient pas envisageables.

Lire aussi : La France accélère le rapatriement de ses ressortissants bloqués en Algérie