Les ressortissants marocains bloqués en Algérie à cause de la propagation du coronavirus se sont de nouveau présentés devant le consulat du Maroc dans la ville d’Oran. Ils ont demandé leur rapatriement ainsi que l'aide financière que devait leur remettre le même consul qui avait qualifié l’Algérie « de pays ennemi », rapporte, ce dimanche 31 mai, le quotidien francophone La Soir d'Algérie.

Bloqués en Algérie depuis plus de 2 mois, des Marocains ont de nouveau manifesté devant le consulat du Maroc à Oran. Ils étaient une trentaine à crier leur colère quant à leur non-prise en charge en cette crise sanitaire.

Cela intervient au lendemain de l'opération de rapatriement lancée par les autorités marocaines qui ont programmé trois vols au départ d’Alger. La Royal Air Maroc a rapatrié 300 passagers. Des médis marocains ont également affirmé que le pont aérien entre l'Algérie et le Maroc se poursuivra pour rapatrier 300 autres Marocains, bloqués actuellement dans les circonscriptions consulaires de Sidi Bel Abbès et Oran. Néanmoins, aucune date officielle n'a été fixée. Ce qui a incité les Marocains coincés dans la région ouest de l'Algérie à exprimer leur inquiétude et demander leur retour au Maroc le plus vite possible.

Ils demandent leur aide financière au consul général du Maroc à Oran

Par ailleurs, les manifestants ont révélé au média algérien que le royaume du Maroc avait décidé de leur octroyer une aide financière afin qu'ils puissent affronter la situation. Ils bénéficient d'une aide de 5 000 dinars par semaine en attendant leur retour au Maroc. Et ce sont les différentes représentations consulaires qui sont chargées de la remise de cette aide à leurs bénéficiaires.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Mais d'après les personnes présentes sur place, le consul général du Maroc à Oran n'a pas appliqué cette mesure. Ils affirment n'avoir reçu aucun sou. Ils ont ainsi exigé au responsable de rendre des comptes. Néanmoins, le consul du Maroc n'a pas daigné se présenter devant les protestataires comme la dernière fois. Ce qui n’a fait qu’exaspérer davantage les contestataires.

Pour rappel, il ne s'agit pas du premier incident du genre. Le 13 mai dernier, un premier mouvement de protestation de Marocains a eu lieu à Oran. Le consul du Maroc dans cette ville avait provoqué une grosse polémique après avoir qualifié l’Algérie « de pays ennemi ». Filmée et partagée, la scène a fait le tour du web aussi bien en Algérie qu'au Maroc. Les propos du consul en ont choqué plus d'un.

Lire aussi : Base militaire marocaine à la frontière avec l’Algérie : Les précisions des FAR