Karim Tabbou et Samir Benlarbi seront bientôt libérés. C'est en tout cas ce qu'a affirmé l'homme politique algérien et président du parti Jil Jadid, Soufiane Djilali. Ce dernier assure avoir reçu des garanties de la part du président de la République Abdelmadjid Tebboune pour la libération prochaine des deux détenus d'opinion.

Dans un communiqué diffusé ce mardi 2 juin, le parti Jil Jadid indique que le président algérien Abdelamadjid Tebboune « a accepté d’agir (...) pour que Karim Tabbou et Samir Benlarbi retrouvent leur liberté au plus vite, au terme de la procédure présidentielle officielle », « comme gage de son intention de favoriser l’apaisement et le dialogue national ».

Une décision qui intervient « en réponse à la requête portée par le Président de Jil Jadid », Soufiane Djilali, qui « avait introduit une demande d’audience auprès de Monsieur le Président de la République, qui lui a été accordée pour le mercredi 27 mai 2020 », indique un communiqué de Jil Jadid.

Une démarche restée secrète

Par ailleurs, le parti souligne que Soufiane Djilali avait répondu à « l’appel public à la libération des détenus d’opinion qu’il a formulé le 14 mai 2020 » tout en affirmant avoir « refusé en un premier temps de communiquer sur cette démarche qu’il voulait garder dans la discrétion totale par respect pour les détenus et pour éviter toute interprétation tendancieuse et politicienne ».

« La conjoncture politique lui impose aujourd’hui de la rendre publique pour éclairer l’opinion nationale sur la stricte vérité. Jil Jadid est heureux de cet engagement solennel du Président de la République et attend avec impatience que Karim Tabou et Samir Benlarbi retrouvent enfin la chaleur de leurs familles et qu’ils puissent combler d’affection, en toute quiétude, leurs proches et leurs enfants », conclut le communiqué.

Lire aussi : Algérie : Le procès de Karim Tabbou reporté de nouveau