La justice algérienne a décidé de placer sous séquestre l'ensemble des biens de la famille du général à la retraite Khaled Nezzar, ex-ministre de la Défense nationale. Une mesure qui intervient à la suite d’une plainte déposée par l’Autorité de régulation de la poste et des communications électroniques (ARPCE) et la Direction générale des impôts (DGI), rapporte ce mardi 2 juin le journal francophone Liberté.

Après son affaire avec le tribunal militaire de Blida, le général à la retraite Khaled Nezzar fait face à une nouvelle plainte. Cette fois, c'est l’Autorité de régulation de la poste et des communications électroniques et la Direction générale des impôts qui l'ont attaqué en justice dans des affaires liées à trois entreprises appartenant majoritairement à la famille Nezzar. Il s'agit des sociétés Smart Link Com SLC (fournisseur d’internet haut débit), Divona Algérie (matériel de télécommunication), ainsi que SLH, spécialisée dans l’agriculture saharienne.

Une résidence à Hydra, des terres agricoles et une palmeraie

D'après la même source, le tribunal d’Alger a procédé depuis quelques semaines à l'ouverture d'une enquête. Le dossier porte essentiellement sur l’évasion fiscale et la non-tenue d’engagements contractuels envers des clients. En attendant l’achèvement de l'enquête, le juge instructeur a décidé de mettre sous séquestre les biens de la famille Nezzar.

Ces derniers concernent notamment une résidence sise à Hydra (Alger), des terres agricoles situées à Bouchaoui, dans la banlieue ouest de la capitale, ainsi qu’une palmeraie de plusieurs centaines d’hectares conçue pour la production de dattes, située à Biskra, dans le sud du pays.

Khaled Nezzar et son fils Lotfi toujours en fuite

Cependant, les principaux concernés dans cette affaire demeurent en fuite à l’étranger. Khaled Nezzar et son fils, Lotfi, gérant de la société SLC, ont quitté le pays depuis plusieurs mois. Ils se sont réfugiés en Espagne.

Le tribunal militaire de Blida avait, rappelons-le, condamné par contumace l'ancien ministre de la Défense nationale à 20 ans de prison dans l’affaire du « complot contre l’armée ». La même peine a été prononcée contre de son fils Lotfi Nezzar. Les deux condamnés étant en fuite à l'étrange, la justice a lancé un mandat d’arrêt international à leur encontre.

Lire aussi : Saïd Bouteflika placé sous haute surveillance à la prison de Blida