Depuis sa cellule, à la prison de Koléa, le coordinateur de l'Union démocratique et sociale (UDS, non-agréé) Karim Tabbou a réagi, mardi 2 juin, à la sortie du président du parti Jil Jadid, Sofiane Djillali, qu'il n'a cependant pas cité nommément. Ni son parti d'ailleurs. Dans son message posté sur la page Facebook de son frère Djaffar, le détenu a dénoncé " une nouvelle génération d'opportunistes".

Sofiane Djillali annonçait mardi 2 juin la libération prochaine de Karim Tabbou et de Samir Benlarbi, après son entretien avec le chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune. Quelques heures plus tard, Tabbou envoie un message posté sur la page Facebook de son frère. Simple coïncidence? Pas forcément.

Expressément, Karim Tabbou a envoyé cette missive en réaction aux vœux qui lui ont été adressés à l'occasion de son anniversaire coïncidant avec le 2 juin. Force est de constater cependant que sa lettre était plus une sortie politique qu'un simple message de remerciements. En effet, après quelques mots de gratitude envers tous ceux qui lui ont adressé leurs vœux à l'occasion de son anniversaire, il a réaffirmé ses positions politiques. De la prison de Koléa, il en a profité pour envoyer un message.

La nouvelle Algérie, selon Karim Tabbou

Il a affirmé dans ce sens qu' "une vraie nouvelle Algérie pour laquelle nous nous battons doit être inclusive de toutes les représentations politiques et sociales réelles". Et qu'elle "respecte le suffrage universel et le principe de l’alternance au pouvoir".

Pour lui, une vraie nouvelle Algérie "est celle qui donne envie à chacun de nous de s’impliquer dans la construction d’un avenir commun et celle qui s’interdit l’emprisonnement des journalistes, des militants, des syndicalistes…"

Au passage, Karim Tabbou a descendu en flammes " la nouvelle génération (allusion à Jil Jadid ?) d'opportunistes". "Il est impératif que soient distingués les hommes et les femmes de conviction de ces opportunistes combinards", écrit-il.

Ajoutant que "Ces derniers (opportunistes) sont otages de leurs appétits. Ils sont irrésistibles à l’attrait de la mangeoire, c’est une nouvelle génération d’opportunistes, des marionnettes politiques prêts à tous les emplois".

Lire aussi : Algérie : La famille de Karim Tabbou soupçonne une funeste malveillance du pouvoir