Le rapatriement des dépouilles des Algériens décédés à l'étranger se fera désormais aux frais de l'Etat. Un fonds de solidarité a été créé à cet effet en vertu de la loi de finances complémentaire 2020.

Cette mesure, longtemps attendue par la communauté algérienne établie à l'étranger, est entrée en vigueur à la publication de la LFC 2020 au Journal officiel. Annoncée à plusieurs reprises, notamment en 2015, en 2016 et en 2017, la mise en application de cette mesure a été repoussée chaque fois.

« Les frais de rapatriement des dépouilles de nos Algériens ne coûtent rien. C’est de la procédure. C’est de la bureaucratie. Je m’engage à créer un fonds spécial au niveau de la présidence de la République pour le rapatriement gratuit de tous les Algériens qui meurent à l’étranger », avait déclaré à ce propos le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune.

Un fonds de solidarité pour le transfert des dépouilles

L'article 92 de la LFC 2020 dispose qu'« il est ouvert, dans les écritures du Trésor, un compte d’affectation spéciale n° 302-144 intitulé Fonds de solidarité pour les ressortissants algériens décédés à l’étranger". Ainsi, conformément au même texte de loi, ce fonds "est destiné à la prise en charge des frais de rapatriement des corps de ressortissants algériens décédés à l’étranger ».

À lire aussi :  Indice de criminalité 2022 : L'Algérie plus sûre que la France ?

Il faut préciser que cette caisse a été « officiellement » créée en 2016, mais sa mise en oeuvre posait problème avant l'entrée en vigueur de la nouvelle loi de finances.

Ainsi donc, la communauté algérienne établie à l'étranger, qui procède souvent aux quêtes aux dons pour rapatrier les ressortissants algériens décédés en dehors du pays, n'aura plus à se soucier des frais de transport des dépouilles vers l'Algérie.

Lire aussi : Algériens morts en France : 742 dépouilles rapatriées depuis le 19 mars