La question de la réouverture des frontières terrestres, maritimes et aériennes du pays n'a finalement pas été tranchée. En effet, la décision a été reportée pour le début du mois de juillet prochain. C'est ce qui ressort du communiqué de la présidence qui a sanctionné la réunion entre le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, et le Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, en présence du Premier ministre, Abdelaziz Djerad.

Ainsi, les frontières resteront fermées au moins jusqu'au début du mois de juillet. le communiqué ne donne aucune explication sur ce report. Lors de leur conclave de samedi, le chef de l'Etat, le Premier ministre ainsi que les membres du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus se sont attelés à étudier la levée du confinement ainsi que les nouvelles mesures à prendre. En effet, le communique indique que la réunion a été « consacrée à l’évaluation de la situation sanitaire liée à la pandémie de la Covid-19 dans le pays, et l’examen de l’approche scientifique à adopter pour un déconfinement progressif suivant la situation dans chaque wilaya ».

Les Algériens devront attendre pour voyager

Cette décision repousse, donc, la reprise des vols entre l’Algérie et les pays qui ont convenu de rouvrir leurs frontières, tels que la France et la Tunisie, deux destinations prisées par les Algériens. Ce report représente aussi un obstacle pour les Algériens résidant à l’étranger et désireux de rentrer au pays pour les vacances d'été.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Ainsi, les Algériens attendront encore avant de voir les liaisons aériennes et maritimes, suspendues depuis le mois de mars dernier, reprendre. La décision de l’Algérie intervient au moment où de nombreux pays, à l’instar de la France, ont convenu de la réouverture de leurs frontières. La Tunisie a également annoncé qu’elle était prête à accueillir les touristes, dont les Algériens.

Lire aussi : Les Algériens ne pourront pas voyager en Europe dans l’immédiat