L'activiste du Hirak et universitaire Fodil Boumala a été arrêté dans l'après-midi de ce dimanche 14 juin, a annoncé le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). Cette arrestation a eu lieu moins d'une heure après celle de l'ex-secrétaire général de l'ONG Rassemblement Action Jeunesse (RAJ) Hakim Addad. Ils se trouvent tous les deux au sein de la brigade de la gendarmerie de Bab Jdid, à Alger.

En effet, selon une alerte publiée par RAJ-Algérie sur sa page Facebook, Hakim Addad a été arrêté par des agents en civil à Alger-Centre. De son côté, le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a affirmé que Hakim Addad a été embarqué à bord d'un véhicule banalisé vers une destination inconnue. "Hakim Addad vient d'être arrêté au niveau de la place Emir Abdelkader (Alger-Centre) et embarqué par des agents en civil à bord d'un véhicule banalisé vers une destination inconnue" a indiqué le CNLD sur les réseaux sociaux.

Ni RAJ, ni le CNLD n'ont donné des informations sur ces interpellation. Ni les circonstances, ni les motifs. Cependant quelques minutes après ces deux interpellations, RAJ-Algérie a posté une nouvelle publication pour faire savoir que Fodil Boumala et Hakim Addad se trouvaient au niveau de la brigade de gendarmerie de Bab Jdid, à Alger.

Aucun détail sur le motif de ces arrestations

Il est vrai que l'association RAJ a toujours été dans le collimateur des services de sécurité, notamment pour sa position souvent critique sur la politique des pouvoirs publics. il faut rappeler que plusieurs de ses militants et responsables ont connu les commissariats du pays, notamment son premier responsable, en l'occurrence Abdelouahab Fersaoui, libéré le 18 mai 2020 après avoir purgé sa peine.

Pour rappel, Fodil Boumala et Hakim Addad ont déjà été interpellés dans le cadre de leur participation active au mouvement de contestation, Hirak. Le premier a été arrêté en septembre 2019 pour retrouver la liberté le 1er mars 2020, alors que l'ex-SG de RAJ a été mis sous mandat de dépôt en octobre 2019 pour être libéré en janvier 2020.

Lire aussi : Algérie : La déclaration de Abdelouahab Fersaoui à sa sortie de prison