L'ambassade d'Algérie en Turquie n'a pas encore réglé la totalité de la facture relative à l'hébergement des ressortissants algériens bloqués dans ce pays. Les gérants des hôtels réquisitionnés à cet effet s'impatientent et demandent leur dû. C'est ce qu'a rapporté la presse turque ce dimanche 14 juin

Des hôteliers à Istanbul ont réclamé à l'ambassade d'Algérie le paiement l'intégralité des dépenses liées au séjour des Algériens dans des hôtels de la ville, après l'annulation de leurs vols en mars en raison de la pandémie de coronavirus, a indiqué le journal turc Hurriyet Daily News.

Les hôtels ont envoyé une mise en demeure par le biais de notaires à l'ambassade, ajoute la même source. En tout, dix-sept hôtels de la ville d'Istanbul ont été sollicités par l'ambassade algérienne pour héberger les ressortissants coincés dans cette ville.

L'ambassadeur se défend : "Il ne s'agit que de bureaucratie"

Les frais de séjour des Algériens dans ces hôtels s’élèveraient à 3,1 millions de livres turques (environ 455 000 $), précise la même source. L'ambassade d'Algérie en Turquie n'a payé jusqu'ici que 1 million de lires. Et comme les hôtels n'ont pas reçu le montant restant, certains Algériens ont été priés de quitter les lieux.

« Nous travaillons pour résoudre ce problème. L'ambassade attend l'approbation des autorités algériennes pour effectuer le paiement. Il ne s'agit que de bureaucratie », assure l'ambassadeur d'Algérie en Turquie, Mourad Adjabi, cité par le même journal.

Des dizaines d'Algériens bloqués en Turquie rapatriés

« Avant la pandémie, je vivais dans un appartement et je comptais retourner en Algérie en mars. Mais je ne pouvais pas quand la pandémie a frappé. J'ai déménagé de mon appartement en raison de difficultés financières et je me suis installé dans un hôtel, il y a environ un mois. Je compte les jours pour rentrer dans mon pays », a déclaré l'un des Algériens au média turc.

Les ressortissants algériens bloqués en Turquie font parler d'eux depuis le début de l’épidémie liée au coronavirus. Ils sont montés au créneau à plusieurs reprises, demandant leur prise en charge. Jusque-là, seules des dizaines parmi eux ont été rapatriées.

Lire aussi : Le drame des Algériens bloqués en Turquie : Décès de cinq personnes, dont une adolescente de 16 ans