L'affaire de l'activiste Fodil Boumala a connu un nouveau rebondissement ce jeudi 18 juin. Alors qu'il a été placé mercredi sous mandat de dépôt pour être jugé le 21 juin, son procès a été finalement programmé ce jeudi. A la surprise générale, l'activiste a été libéré pour être jugé à une date ultérieure.

Ainsi, de rebondissement en rebondissement, aucune explication n'a été donnée sur tous les changements qui se sont opérés. Fodil Boumala a été arrêté dimanche. Il a été présenté mercredi devant le procureur et a été placé sous mandat de dépôt. L'activiste est poursuivi pour « incitation à attroupement non armé », « offense à corps constitué » et « publications de nature à attenter à l’intérêt national ».

Il faut rappeler que l’activiste et militant politique a été arrêté une première fois le 19 septembre dernier. Il était poursuivi pour “atteinte à l’unité nationale" et "publications de nature à porter atteinte aux intérêts du pays”. Fodil Boumala a fini par être libéré le 1er mars par le juge près le tribunal de Dar El Beïda après un procès qui s'est transformé en tribune politique de l'activiste, qui a tiré à boulets rouges sur le système. Il a retrouvé la liberté après près de 6 mois de détention.

Cette nouvelle arrestation d'un activiste relaxé par la justice relance le débat sur la volonté du pouvoir de museler toute contestation. Elle intervient dans une conjoncture où plusieurs autres militants sont arrêtés et d'autres condamnés par la justice. Cette libération coïncide aussi avec une période où plusieurs militants et organisations politiques appellent à renouer avec la contestation de rue, alors que d'autres appellent à reporter la reprise du hirak jusqu'à ce que les conditions sanitaires soient meilleures.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Lire aussi : Fodil Boumala et Hakim Addad arrêtés à Alger