Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière s'est exprimé, ce samedi 20 juin lors d'une visite de travail dans la wilaya de Boumerdes, sur l’éventualité d'une deuxième vague de contamination au Covid-19 en Algérie. Abderrahmane Benbouzid a affirmé qu'il était encore prématuré de parler d'une deuxième vague de coronavirus dans le pays. Il indique qu'il ne peut encore rien affirmer ou infirmer à ce sujet. 

Le ministre de la Santé explique que cette question ne concerne pas seulement l’Algérie. Selon lui, plusieurs pays du monde connaissent une recrudescence de contaminations au Covid -19. Et que malgré les moyens dont disposent les laboratoires dans le monde, personne n'a encore maîtrisé ce virus.
Abderrahmane Benbouzid ajoute que même les scientifiques les plus en vue ont changé leurs approches pour appréhender la réalité de la pandémie ces derniers jours. Il rappelle que le Covid-19 est tout le temps en mutation. Cette déclaration révèle que la pandémie de coronavirus n'est pas maîtrisée en Algérie et qu'une deuxième vague n'est pas à exclure.

Le ministre rejoint le directeur de l'Institut Pasteur

Il faut rappeler que le Dr Fawzi Derrar, directeur de l'Institut Pasteur, avait alerté, le 13 juin, sur le risque d’une deuxième vague de la pandémie dans le cas où les Algériens ne respecteraient pas les mesures de lutte contre le virus.

À lire aussi :  Guerre d'Algérie : révélations sur les prisons de Normandie

Un constat confirmé par le porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus. Ce responsable a confirmé la hausse du nombre de cas de contamination dans certaines  wilayas. Djamel Fourar a, aussi, affirmé que cette hausse était due au "non-respect des mesures sanitaires de prévention". Il impute, en effet, cette augmentation au "non-respect des mesures barrières contre la propagation de ce virus, suite à la reprise de certaines activités commerciales, économiques et sociales dans plusieurs wilayas".

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : La crainte d’une deuxième vague