Selon le Dr Abdelkrim Touahria, qui est intervenu à la radio nationale ce lundi 22 juin, le retour au confinement est à exclure. Le membre du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus a néanmoins indiqué qu'il était possible d'appliquer des mesures de confinement général sur certaines zones où la pandémie se propage dangereusement.

Le Dr Abdelkrim Touahria a expliqué que le retour au confinement dans certaines wilayas n'était pas la solution pour endiguer la pandémie. Il préconise, plutôt, le confinement des zones, quartiers ou villes qui abritent des foyers de contamination au coronavirus.

Le président de l'Ordre national des pharmaciens d'officine a aussi révélé qu'une équipe spécialisée dans les enquêtes épidémiologiques avait entrepris des enquêtes sur le terrain, ce 22 juin, afin de déterminer les zones à risque, en vue de mettre en application les mesures de confinement localisé. Par ailleurs, le Dr Abdelkrim Touahria a affirmé que l’Algérie ne traversait pas une deuxième vague de contamination au coronavirus. Il soutient que le pays ne s'est pas encore débarrassé de la première pour faire face à une deuxième vague.

Le non-respect des mesures sanitaires complique la situation

Il faut rappeler que le porte-parole de la même commission, Djamel Fourar, a expliqué que la hausse du nombre de cas de contamination dans certaines wilayas était due au « non-respect des mesures de prévention sanitaire ». « Nous avons relevé une légère remontée, ces derniers jours, du nombre de cas de personnes touchées par cette pandémie », a-t-il reconnu.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Le responsable impute cette augmentation au « non-respect des mesures barrières contre la propagation de ce virus, suite à la reprise de certaines activités commerciales, économiques et sociales dans plusieurs wilayas ». Il assure, en outre, que « c’est un phénomène tout à fait attendu ». Djamel Fourar a indiqué que la recrudescence de la pandémie ne touchait pas seulement l’Algérie. Il donne l'exemple de la Chine, de la France et de l'Italie qui, selon lui, connaissent le même phénomène.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : Va-t-on vers de nouvelles mesures de confinement ?