Plusieurs hôpitaux du pays se sont retrouvés saturés après la hausse de contaminations au coronavirus. Les unités d’hospitalisation dédiées à la prise en charge des patients atteints du Covid-19 sont au bord de l'explosion. Elles manquent de lits pour les nouveaux patients et se retrouvent dans une situation compliquée.

Ainsi, pour le personnel soignant, l’hospitalisation des nouveaux malades devient un véritable casse-tête vu le manque de lits dans les régions où la pandémie a flambé ces derniers jours. C'est le cas au niveau des structures hospitalières de Djelfa, Batna, Sétif, Mila et Oran qui n’arrivaient pas à répondre à la demande d’hospitalisation. Les médecins ont, d'ailleurs, maintes fois alerté sur le manque criant de moyens et surtout de lits.

D'autres wilayas, à l'instar de Biskra, Ouargla, Mascara et Blida, connaissent une nouvelle recrudescence de contaminations. Leurs structures hospitalières ne vont pas tarder à étouffer, sachant qu'elles arrivent déjà difficilement à "caser" les nouveaux patients. Pour parer à cette saturation, les malades nécessitant une hospitalisation immédiate sont placés en observation dans des structures autres que sanitaires, telles les CFPA et les cités universitaires. Les locaux de ces institutions ne sont naturellement pas adaptés à la prise en charge médicale, n'étant pas équipés du matériel nécessaire.

À lire aussi :  Invités à exercer en France, un couple de médecins algériens privés de visas

Cette situation serait due, selon les spécialistes, au déconfinement total de 19 wilayas et partiel de 29 autres, décidé par le gouvernement. Cette décision fait craindre le retour à la case départ, surtout que la situation épidémiologique de ces derniers jours s'aggrave, avec une augmentation de cas positifs dans plusieurs régions du pays.

Un constat confirmé par les autorités sanitaires. Ces dernières n'excluent, d'ailleurs, pas un confinement total des zones devenues des foyers de pandémie, ainsi que le renforcement des mesures sanitaires pour l'endiguer.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : L’hôpital de Sétif au bord de l’effondrement