Le tribunal de Blida a condamné, dans la matinée de ce vendredi 26 juin, l’ancien directeur général de la Sûreté nationale (DGSN) Abdelghani Hamel à 4 ans de prison ferme. Le tribunal a prononcé la même peine à l'encontre de Noureddine Berrachdi, ancien chef de la Sûreté de la wilaya d’Alger. 

L'ancien DGSN Abdelghani Hamel ainsi que l'ex-chef de la Sûreté de la wilaya d’Alger, Noureddine Berrachdi, ont été condamnés à de la prison ferme pour "abus de fonction et blanchiment d’argent public pour le financement de groupes terroristes, sous couvert d'achat de biens immobiliers" dans la capitale.

Notons que le procureur de la République près le tribunal de Blida avait requis, jeudi, 12 ans de prison ferme contre l’ancien DGSN et 10 ans de prison ferme contre l’ancien chef de la Sûreté de la wilaya d’Alger, Noureddine Berrachdi.

Blanchiment d’une somme de 125 millions de dinars

L'audience a duré 11 heures, durant lesquelles le procureur de la République avait conclu que Hamel et Berrachdi avaient transgressé et porté atteinte au pouvoir du ministère Public, en ordonnant la poursuite d’une enquête qui n’était plus du ressort de la Sûreté nationale. Il s'agit, en l’occurrence, d’une enquête dans le dossier de blanchiment d’argent public d’une valeur de 125 millions de dinars et du financement de groupes terroristes, dont le principal accusé est Kamel Chikhi, dit « El Bouchi ». Il est reproché aux deux accusés de transmettre le dossier en question au procureur de la République, ce qui est considéré contradictoire aux lois en vigueur.

À lire aussi :  Les SDF algériens et marocains « pas les bienvenues » : Un préfet français crée la polémique

Rappelons que le tribunal de Sidi M’hamed d’Alger avait condamné l’ex-patron de la DGSN, Abdelghani Hamel, à 15 ans de prison ferme, assortis d’une amende de 8 millions de dinars. L’homme fort de la police du temps du président déchu Abdelaziz Bouteflika était poursuivi dans plusieurs affaires de corruption se rapportant au blanchiment d’argent, à enrichissement illicite, au trafic d’influence, et à obtention d’assiettes foncières par des moyens illégaux.

Lire également : Algérie : Lourdes peines prononcées contre les accusés dans l’affaire Sovac