Selon la revue scientifique Nature, des chercheurs ont identifié "le point faible" du nouveau coronavirus. Une découverte sur la base de laquelle des anticorps contre le virus peuvent être développés. Selon la même revue, cette découverte est majeure dans la lutte contre la maladie du Covid-19.

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : http://bit.ly/youtub-obs

En effet, selon un article de la revue scientifique Nature, publié le 24 juin, des scientifiques identifié le "talon d'Achille" du coronavirus. C'est-à-dire, son point faible. D'après la revue, cette avancée peut sonner la fin de la partie pour le coronavirus. Elle explique les chercheurs ont identifié la protéine que le virus utilise pour pénétrer les cellules humaines.

Ce sont des scientifiques du Centre de recherche et de la lutte contre le cancer de Seattle, dans l'Etat de Washington (Etats-Unis), qui ont fait cette découverte majeure. Il ressort des premiers résultats de leur étude que le nouveau coronavirus utilise une protéine qui forme une épine pour l'aider à se lier dans les récepteurs des cellules humaines. Ensuite, le virus se fond dans l’enveloppe cellulaire et commence à se multiplier et provoque la maladie du Covid-19.

Découverte majeure dans la recherche d'un vaccin

La revue a révélé que les scientifiques ont réussi à modifier l'acide aminé de la protéine en question. Ils ont décrit 3 800 variations de cette protéine que le nouveau coronavirus utilise pour s'accrocher à ses cibles. Pour les chercheurs, les protéine sont "cruciales" pour le virus afin qu'il puisse établir des liaisons avec les cellules humaines.

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

En d'autres termes, cette découverte pourrait aider à briser l'épine du virus et affaiblir sa capacité à se lier aux cellules humaines. "Cette découverte peut aider les chercheurs à développer des anticorps qui limitent la capacité du virus à infecter les cellules humaines", estime la revue Nature.

Lire aussi : Algérie : « Un vaccin contre le Covid-19 est prêt », selon un membre du Comité scientifique