L'Algérie rapatriera les crânes de résistants algériens vendredi 3 juillet, a rapporté, ce jeudi, le site d'information Menadefense. Cette décision a été prise depuis quelques jours en accord avec les autorités françaises. L’Algérie compte ainsi célébrer l'anniversaire de son indépendance avec l’acheminement de 68 crânes vers le pays.

Ainsi, plus d'une année après l'engagement du président français Emmanuel Macron à restituer à l’Algérie des crânes de résistants algériens, acquis par des collectionneurs français pendant la colonisation, ces crânes vont enfin être rapatriés. La même source affirme que c'est l'armée de l'air algérienne qui effectuera cette tâche à bord d'un Hercules C-130. Cet avion sera accueilli et escorté de trois chasseurs Sukhoï 30, qui produiront un meeting aérien sur la capitale, pour célébrer le retour des crânes au pays.

Ces crânes appartiennent à des résistants algériens tués par le colonialisme français en 1849 lors de la bataille de Zaâtcha, près de Biskra. Ils ont été utilisés par les Français pour démontrer leur supériorité militaire et célébrer leurs victoires sur les Algériens.

Les résistants algériens de retour dans leur pays

Parmi ces crânes, on trouve ceux de célèbres leaders de la résistance algérienne. Il s'agit, notamment, de Aïssa Al Hamadi, lieutenant de Boubaghla, tête momifiée n°5939 ; Mohamed Lamjad Ben Abdelmalek, dit Chérif « Boubaghla », crâne n°5940 ; Cheikh Bouziane, le chef de la révolte des Zaatchas (région de Biskra en 1849), crâne n°5941 ; Si Moussa Al Darkaoui, crâne n°5942 ; Bou Amar Ben Kedida, crâne n°5943 ; Ben Kouider Al-Titraoui, crâne n°5944 ; Mohamed Ben-Allel Ben Embarek, lieutenant de l’Emir Abdelkader.

Ces crânes révèlent aussi les atrocités et les crimes contre l’humanité commis par l’armée française en Algérie. Les historiens affirment que sur les 1 500 hommes et femmes que comptait la tribu des Zaâtcha, il n’y a quasiment eu aucun survivant après la bataille.

Lire aussi : Algérie-France : les démarches de récupération des archives suspendues