Le constructeur automobile français Peugeot attend le nouveau cahier des charges, qui sera mis au point par le ministère de l'Industrie et des Mines, pour lancer des projets en Algérie. Le constructeur automobile se dit prêt à réaliser un haut niveau d’intégration. Il est disposé à respecter le nouveau cahier des charges qui va réglementer la filière de construction automobile en Algérie.

Cette nouvelle a été annoncée par le président de la Chambre du commerce et de l'industrie algéro-française, à Paris, qui s'est confiée au journal arabophone Echorouk ce samedi 4 juillet. M. Kaci Aït Yala a révélé que les constructeurs automobiles français portaient un grand intérêt à l'investissement dans le domaine de la construction automobile en Algérie.

Il indique que ces derniers attendent la promulgation du nouveau cahier des charges, prévu en ce mois de juillet. M. Kaci Aït Yala a, donc, démenti l'intention du constructeur français Peugeot de se retirer du marché algérien, après les réformes imposées par le nouveau ministre de l’Industrie et des Mines. Une réforme qui retire les privilèges octroyés par le passé aux constructeurs automobiles en Algérie.

Le président de la chambre algéro-française de l'industrie et du commerce a affirmé que le constructeur automobile avait montré un grand intérêt à la construction automobile en Algérie. Il ajoute que Peugeot compte présenter de nouvelles idées et projets respectant la nouvelle réglementation qui va entrer en vigueur dès l’adoption du nouveau cahier des charges.

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

Par ailleurs, Kaci Aït Yala révèle qu'une commission de haut niveau entre les responsables algériens et français va tenir une réunion au début du mois de septembre, afin d'étudier les dossiers d’entreprises algéro-françaises ainsi que certains projets d’investissement proposés par des opérateurs économiques algériens résidant en France.

Lire aussi : L’importation de véhicules neufs soumise à la règle 49/51 (ministre)