Le président algérien Abdelmadjid Tebboune s’est exprimé ce samedi 4 juillet, dans un entretien exclusif accordé à France 24, sur la réouverture des frontières du pays. Le chef de l’Etat a indiqué que la décision de rouvrir les frontières ou de les garder fermées sera prise après évaluation de la situation sanitaire, « en fonction de nos capacités et de notre crainte de voir les chiffres s’élever encore plus ».

Abdelmadjid Tebboune ne s’est pas prononcé sur la date de la réouverture des frontières aériennes de l’Algérie. Même s’il estime qu’il n’est pas encore temps de trancher sur cette question, il affirme que cette décision sera prise après évaluation de la situation sanitaire, « en fonction de nos capacités et de notre crainte de voir les chiffres s’élever encore plus ».

Tebboune souligne que l’Algérie a décidé de lever le confinement sur la totalité de son territoire, malgré un nombre de contaminations toujours en hausse. « Faut-il ouvrir partiellement ou ne pas ouvrir ? L’environnement géographique de l’Algérie a opté pour un déconfinement total bien que les chiffres des contaminations et des décès soient élevés », a-t-il déclaré, sans toutefois se prononcer sur la date de la réouverture des frontières.

Le président algérien rappelle également que l’Algérie applique la mise en quarantaine « pour tous les ressortissants rapatriés ». Il révèle, dans ce sens, que presque 50 cas positifs à la Covid-19 ont été recensés parmi les Algériens rapatriés. « Heureusement qu’on avait appliqué ce principe, sinon ça aurait été une progression exponentielle », conclut-il.

À lire aussi :  Classement de Shanghai 2022 : Les universités d'Afrique du Nord absentes

Pour rappel, la décision de maintenir les frontières algériennes fermées « jusqu’à la fin de la pandémie » a été prise dimanche 28 juin, à l’issue de la réunion du Conseil des ministres présidée par le chef de l'Etat.

Le président de la République avait ordonné de garder fermées les frontières terrestres, aériennes et maritimes du pays. Cette décision intervient à la lumière des rapports présentés sur la situation épidémiologique par la Commission chargée de suivre l’évolution de la pandémie de coronavirus en Algérie.