En France, une vingtaine de personnes récemment rapatriées d’Algérie ont été hospitalisées dans plusieurs hôpitaux. Des infectiologues tirent la sonnette d’alarme et mettent en garde contre une réactivation de la pandémie, indique, ce dimanche 5 juillet, le journal français Libération.

Selon le même média, les infectiologues français sonnent de nouveau l’alerte face au risque de la réactivation du coronavirus. Depuis le 29 juin, dans plusieurs grands établissements parisiens, Pitié-Salpêtrière, Tenon, Saint-Antoine, Bichat... mais aussi à Lyon, Marseille, Grenoble et Reims, une vingtaine de malades atteints du Covid-19 ont été hospitalisés. Toutes les personnes hospitalisées ont un point en commun : elles ont été toutes récemment rapatriées d’Algérie.

D’après un médecin parisien cité par le quotidien français, «si l’on en juge par leur état au moment de leur prise en charge, ils étaient déjà malades quand ils ont pris leur vol de rapatriement : au moins trois sont en réanimation et un est décédé ». Et d’ajouter que « vu l’importance des flux de populations entre la France et l’Algérie durant l’été, il est urgent de prendre des dispositions pour éviter que le virus ne recommence à circuler à bas bruit », s’alarme-t-il.

Les infectiologues français s'insurgent

Un infectiologue s’emporte face à ce phénomène : « Ils font redémarrer l’épidémie artificiellement avec les voyageurs !» déplore-t-il. Et d’ajouter qu’« en février, c’était la même histoire avec les Chinois. A croire que les autorités n’apprennent rien. Avant d’être hospitalisés, les malades ont le temps de contaminer pas mal de monde, à commencer par leur famille restée en France. Le Covid, c’est décidément l’épidémie de la pénurie et de la bêtise ».

La direction générale de la santé (DGS) a reconnu le phénomène. «Nous avons détecté plusieurs cas de Covid-19 sur le territoire national chez des personnes ayant séjourné récemment en Algérie», a indiqué l’administration.

La DGS assure que toutes les dispositions sont prises pour limiter le risque : «Nous suivons ces cas en lien avec l’assurance maladie et les agences régionales de santé avec la plus grande attention. L’objectif est d’éviter l’installation de chaînes de transmission et l’apparition de nouveaux clusters sur le territoire national suite à ces retours. A cet effet, chaque cas détecté est pris en charge, isolé et le contact tracing mis en place autour de ces personnes ».

Lire aussi : Le cas d’un sans-papier Algérien atteint du coronavirus provoque la panique en Italie