Les sans-papiers algériens sont indésirables en Espagne. De nombreux Espagnols ont exprimé leur colère contre la présence, dans leur pays, de migrants clandestins venus récemment d'Algérie. Ils suspectent ces derniers d'être atteints du coronavirus et ont demandé qu'ils soient immédiatement chassés de leurs villes, rapporte le média espagnol 20 minutos.

Ils étaient 108 Algériens à avoir débarqué clandestinement sur les côtes espagnoles, dimanche 5 juillet, à bord de dix bateaux. Sur place, des tests de dépistage ont été effectués sur les sans-papiers algériens. Selon la même source, les tests se sont avérés positifs pour certains d'entre eux. Les services de sécurité ont ainsi décidé de soumettre l'ensemble des migrants à une mise en quarantaine, en les plaçant dans des appartements de l’ONG locale Cruz Roja et Cepaim, dans les villes de Carthagène et de Murcie.

Ce qui a eu pour effet de soulever la colère et la panique des habitants de ces deux villes. Ainsi, ces derniers ont organisé des manifestations afin d'exiger le départ de ces Algériens, de peur qu'ils soient contaminés à leur tour. Les manifestants ont finalement obtenu ce qu'ils voulaient, puisque les Algériens ont été acheminés vers une autre destination.

Un migrant algérien s'échappe du 4e étage d'un hôpital

Par ailleurs, le média espagnol a indiqué qu'un autre migrant algérien, âgé de 24 ans, avait pris la fuite de l'hôpital Santa Lucía de Carthagène, où il était hospitalisé. Arrivé en Espagne depuis une semaine en bateau, l'Algérien a effectué un test PCR positif à la Covid-19.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Dans la nuit de dimanche à lundi, il décide de prendre la fuite. Pour cela, il a réussi à nouer plusieurs draps, à retirer une fenêtre de sa chambre et à s'échapper du centre hospitalier à l'aide des draps noués.

Des agents de la Garde civile espagnole ont immédiatement lancé une vaste opération de recherche. Au bout de quelques heures, ils ont finalement pu le retrouver à Escombreras, à quatre kilomètres du centre de santé où il était placé en confinement en compagnie de sept autres sans-papiers algériens,  également positifs au coronavirus.

Lire également : Des voyageurs rapatriés d’Algérie provoquent la panique en France