Le ministre algérien de l’Industrie et des Mines, Ferhat Aït Ali Braham, a indiqué, ce jeudi 9 juillet, que le nouveau cahier des charges relatif à l’activité de production de véhicules en Algérie sera publié la semaine prochaine. Le responsable a également fait savoir que le gouvernement algérien n'accorderait aucune exonération des taxes douanières aux investisseurs.

Dans une déclaration faite au quotidien arabophone Ennahar, le ministre de l’Industrie, Ferhat Aït Ali Braham, a révélé que le cahier des charges lié au montage automobile en Algérie devrait être publié au cours de la semaine prochaine. « Il est fort possible que le nouveau cahier des charges soit publié la semaine prochaine », a indiqué Aït Ali.

Concernant les éléments les plus importants inclus dans le nouveau cahier des charges, le premier responsable du secteur industriel a révélé que cela priverait les investisseurs dans le domaine de plusieurs privilèges, notamment douaniers. « Il n'y aura pas d'exonérations douanières au profit de ceux-ci, contrairement au cahier des charges précédemment appliqué à l'époque, qui sera annulé une fois que le nouveau entrera en vigueur », a expliqué le même responsable.

Usines de montage fermées en Algérie : « Nous attendons les décisions de justice »

Par ailleurs, Ferhat Aït Ali Braham a évoqué les usines de montage qui sont fermées. Sur le sort de ces sociétés, dont les propriétaires sont en détention pour des accusations de corruption, le ministre a souligné : « Nous attendons les décisions de justice dans ces cas, et nous appliquerons la décision qui sera rendue ».

À lire aussi :  Tebboune relance un mégaprojet de Cevital bloqué au temps de Bouteflika

Rappelons que le tribunal de Sidi M’hamed avait condamné, mercredi 24 juin, le PDG de la société de montage de véhicules Sovac, Mourad Oulmi, à 10 ans de prison ferme et à 8 millions de dinars d’amende. Pour sa part, l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout, PDG du groupe Cima Motors, risque une lourde peine de prison après. Le procureur a requis contre lui une peine de 16 ans de prison ferme et 8 millions de dinars d’amende.

Cette procédure touche également d'autres oligarques présents dans le secteur du montage automobile et qui sont actuellement en prison, dont Mohamed Baïri, PDG de Iveco Algérie, Ahmed Mazouz, du groupe Mazouz, et Hassan Larbaoui, PDG de Kia Algérie.

Lire aussi : Importation de véhicules neufs en Algérie : Le ministre de l’Industrie s’exprime de nouveau