Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Slimane Chenine, a réagi aux récentes déclarations de la présidente du parti français le Rassemblement national (RN), Marine Le Pen. Slimane Chenine considère que la nouvelle voie prise par l'Algérie ne satisfait pas le « lobby colonial ». 

En effet, le président de l'APN, Slimane Chenine, a réagi, ce jeudi 9 juillet lors de la clôture de la session parlementaire, aux déclarations de Marine Le Pen, présidente du parti d'extrême droit français, le Rassemblement national. Le président de l'APN a souligné que les Algériens étaient en train de « construire aujourd'hui une nouvelle Algérie ». Selon lui, les Algériens résistent à la corruption, à la tyrannie et à la vision unilatérale. Tout cela est consacré par la « culture de participation, de dialogue et de fraternité », ajoute-t-il.

Ainsi, Slimane Chenine considère que la « nouvelle vision de l'Algérie ne satisfait pas et ne satisfera pas le lobby colonial ». Pour le parlementaire algérien, ce lobby colonial « maintient ses positions honteuses à l'égard des descendants de moudjahidine ». Enfin, Slimane Chenine assure que les déclarations de Marine Le Pen ne font qu'« accroître la volonté du peuple à revendiquer tout ce qui peut réconforter nos martyrs ».

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Le président du Conseil de la Nation réagit également aux déclarations de Le Pen

Le président par intérim du Conseil de la Nation, Salah Goudjil, a également réagi, ce jeudi, aux déclarations de Marine Le Pen. Il affirme que cette classe politique, a savoir l'extrême droite, « entrave les relations entre l'Algérie et la France ». Pour le président intérimaire du Sénat, cette classe politique « n'a pas oublié l'Algérie » et elle réagit comme si « elle voulait revenir ».

Rappelons que la présidente du Rassemblement national (RN), Marine Le Pen, avait vivement critiqué les dirigeants algériens qui demandent des excuses officielles de la France pour la colonisation de l’Algérie. Dans un tweet posté sur son compte officiel, Marine Le Pen a estimé que le gouvernement algérien devait plutôt se concentrer sur les problèmes réels que vit le peuple algérien, au lieu de parler du passé colonial.

Lire aussi : Les déclarations d’Emmanuel Macron sur l’Algérie suscitent la polémique