Le pique pandémique en Algérie a plongé le pays dans une rude épreuve. Une recrudescence des personnes atteintes du Coronavirus est enregistrée depuis plusieurs jours. Les médecins lancent un véritable cri d'alarme. Avec un nombre avoisinant les 1000 morts, l’Algérie est parmi les pays les plus touchés en Afrique.

Pour le chef de service d’infectiologie, de l’hôpital de Boufarik, le docteur Mohamed Yousfi qui s'est confié à l’AFP, « le corps médical est non-stop ». « On est épuisés. À plat. Certains sont morts, qu’ils reposent en paix. Plusieurs membres de mon équipe ont été contaminés », ajoute-t-il. En première ligne dans la lutte contre la pandémie, le corps médical est dépassé alors que les hôpitaux sont saturés. 

L’Algérie parmi les pays les plus touchés en Afrique

L’Algérie est parmi les pays le plus touchés en Afrique. Le pays a officiellement déclaré près de 18 300 cas de contaminations, dont 996 décès. Face à cette situation, le corps médical appelle la population à prendre ses responsabilités et à respecter les consignes sanitaires établies.

Depuis le début de la crise en Algérie, le personnel de santé est particulièrement exposé et ne cesse de lancer des appels de détresse. En effet, près de 31 soignants sont décédés, dont quatre médecins et une infirmière depuis le début de la semaine. Selon le professeur Abdelkrim Soukehal, membre du Comité scientifique, 1700 membres du corps médical ont été contaminés.

À lire aussi :  Le nombre de migrants clandestins vers l'Europe en forte hausse

Un manque de moyen fatal

De nombreux médecins algériens déplorent le manque de moyen de lutte contre le coronavirus et réclament une résistance de l’Etat. En outre, le Dr Yousfi exhorte ses confrères et consœurs du secteur public et privé qui n’exercent pas dans des services d’infectiologie de leur prêter main-forte. « Le jour où l’ensemble des médecins qui sont au front seront dans l’impossibilité de faire leur travail pour cause d’épuisement, il n’y aura plus personnes pour soigner les malades », déclare-t-il.

Par ailleurs, le Dr Yousfi assure que « tant qu'il y aura des citoyens qui sont dans le déni, égoïstes et inconscients de contaminer leur entourage et de ce que les médecins endurent à cause d'eux, la situation ne pourra que s'aggraver ». Ce déni « irresponsable et criminel » met la vie d’autrui en danger. Le docteur a ainsi défier quiconque qui doute de l’existence du coronavirus, de se rendre au service infectiologie d'un hôpital, sans se munir d'une bavette.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : Décès de trois médecins en 48 heures à Biskra