La chanteuse oranaise Sihem Japonia a été placée, ce mardi 14 juillet, sous mandat de dépôt par le juge d'instruction près le tribunal d'Oran. L'étude du dossier de la chanteuse, qui a défrayé la chronique avec une vidéo postée sur les réseaux sociaux et à travers laquelle elle s'insurgeait contre l'absence de personnel à l’hôpital d’Oran, a été renvoyée pour mercredi 15 juillet.

Sihem Japonia, âgée de 29 ans, a été transférée à la prison de Gdyel. Elle est poursuivie en justice par l’hôpital d'Oran pour insultes à des fonctionnaires en exercice. La chanteuse est aussi accusée d'« outrage à corps constitué, atteinte aux symboles de la révolution nationale, prise de photos et enregistrement sans autorisation et diffamation ». Le juge a reporté le dossier pour visionner la vidéo enregistrée par l'accusée alors qu'elle se trouvait au service d'urgence médicale.

La chanteuse de rai mise en cause dans cette affaire avait diffusé, sur les réseaux sociaux, un enregistrement de son passage au service des urgences médico-chirurgicales dans la nuit de vendredi à samedi. Elle a commencé par dénoncer l'absence du personnel et l’état de délabrement de l’hôpital.

La chanteuse s'est déchaînée sur les médecins

La chanteuse s'est ensuite déchaînée sur le personnel médical en place et l'a insulté. Elle circulait d’une salle de soins à l’autre jusqu’à la salle de radio, en décriant la situation qui prévalait dans l’hôpital. Sihem Japonia a également investi le couloir menant au bloc opératoire, en proférant des insultes à l'adresse du personnel médical. Elle a aussi dénoncé l'absence de l’Etat et le manque d’intérêt pour les malades qui attendaient une prise en charge dans le service des urgences.

Il faut rappeler qu'en cette période de crise sanitaire, plusieurs personnes ont été arrêtées pour avoir diffusé des vidéos depuis des hôpitaux, pour dénoncer la situation dont patauge le secteur de la santé en Algérie.

Lire aussi : Vidéo choc en Algérie : Un homme décédé du Coronavirus abandonné par terre