Des milliers d’Algériens sont encore bloqués en France depuis la fermeture des frontières, en raison de la propagation du coronavirus. Ils réclament leur rapatriement avant l'Aïd El Adha pour pouvoir passer cette fête en famille. Pour les rapatrier, les autorités algériennes ont lancé une vaste opération, avec vols et bateaux spéciaux.

Depuis l’annonce de l’opération de rapatriement, des files d'attente interminables de ressortissants algériens se forment, au quotidien, devant l'ambassade d’Algérie en France. Ils sont des milliers à vouloir s’inscrire sur les listes des personnes à rapatrier. Ils vont pouvoir, peut-être, rentrer en Algérie pour célébrer l’Aïd El Adha dans une ambiance familiale.

Les concernés sont pour la plupart arrivés en France il y a cinq mois, juste avant le confinement. Ils se sont retrouvés bloqués et sans aucun revenu. Une femme algérienne partie en France pour des soins médicaux déplore le fait qu'elle a dû contracter des dettes. « On me prête de l'argent, et je dois rembourser. D'ailleurs, pour les frais médicaux, l'assurance ne me les paie pas et ne rembourse pas », a-t-elle avoué à un média français.

Un orthodontiste algérois bloqué à Paris depuis le 11 mars appelle les autorités algériennes à organiser ces vols de rapatriement au plus vite. Il confie avoir dû laisser ses patients à Alger, alors qu'ils attendent des traitements. « J'ai plusieurs centaines de patients qui attendent mon retour, malheureusement, je ne peux rien faire pour eux », regrette-t-il.

À lire aussi :  Une Kabyle élue Miss Amazigh France 2023 (vidéo)

Pour beaucoup d'autres, la visite familiale s’est transformée en cauchemar. Le désarroi de ces Algériens bloqués en France depuis la fermeture des frontières, il y a cinq mois, a fait réagir de nombreuses associations de la diaspora.

Des compatriotes résidant dans l’Hexagone se sont portés volontaires tous les jours pour offrir des aides matérielles, d’hébergement et de restauration ou pour acheter des médicaments à ces personnes sans ressources.

Grande confusion dans l’opération de rapatriement

L’opération de rapatriement des Algériens bloqués en France, qui a débuté mardi 21 juillet, connaît une grande confusion. Alors que la compagnie aérienne Air Algérie a programmé deux vols de rapatriement à partir de la ville de Lille, une grande confusion a régné mercredi 22 juillet à l’aéroport, lorsque les passagers algériens ont appris que les vols n’étaient pas programmés vers Alger.

Des centaines d’Algériens se sont présentés tôt le matin à l’aéroport de Lille, dans le nord de la France. La compagnie algérienne Air Algérie avait programmé deux vols de rapatriement des ressortissants algériens bloqués en France depuis plusieurs mois à cause de la crise du coronavirus. Mais à leur arrivée à l’aéroport de départ, les passagers ont été surpris d’apprendre que le vol n’était pas programmé vers la capitale Alger, mais vers la wilaya de Annaba.

À lire aussi :  Démantèlement d'un réseau de trafic de migrants et de cocaïne de et vers l'Algérie

Par ailleurs, les autorités algériennes ont annoncé que cette opération de rapatriement donnerait la priorité aux familles bloquées, ainsi qu’aux personnes malades et aux étudiants.

L’opération s’effectue à travers des liaisons aériennes et maritimes. Ainsi, les autorités ont commencé une vaste opération de rapatriement depuis plusieurs pays, entre autres, la France, l’Espagne, le Canada, l’Italie et la Malaisie.