Le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid a affirmé que le vaccin contre la Covid-19 ne serait pas expérimenté sur les Algériens. Le ministre, qui s'est exprimé sur les décisions de Abdelaziz Djerad, annoncées lors de la réunion de dimanche 2 août au siège de la présidence, a également tenu à rassurer sur le financement de l'importation du vaccin.

Ainsi, le ministre de la Santé, qui est revenu sur la réunion tenue à la présidence, a souligné que l’Algérie disposait d'une enveloppe financière suffisante pour acheter les doses nécessaires du vaccin anti-Covid. Il révèle également que l’Algérie ne va pas expérimenter le vaccin sur ses citoyens. Abderrahmane Benbouzid a ajouté que l'Institut Pasteur se chargerait d'examiner le vaccin avant son utilisation et qu'il ne serait pas utilisé en Algérie avant que le pays producteur ne l'utilise sur ses citoyens.

Par ailleurs, le ministre de la Santé a souligné que le Premier ministre l'avait chargé de prendre ses dispositions le plus rapidement possible (au courant de cette semaine ou au début de la semaine prochaine) pour prendre attache avec les pays qui vont produire le vaccin. Il s'agit notamment des ambassadeurs de Russie, de Chine, des Etats-Unis et de Grande-Bretagne.

Les laboratoires les plus avancés dans la recherche

Il faut signaler que la course pour la découverte d’un vaccin efficace contre la Covid-19 est engagée depuis des mois. Aujourd'hui, six vaccins candidats sont en phase avancée (stade 3) pour explorer leur efficacité. Les premiers résultats des trois laboratoires qui ont avancé dans les phases de développement, à savoir  AstraZeneca de l’université d’Oxford, Moderna et un laboratoire chinois, sont attendus pour le début de l’automne, selon ces laboratoires. Un pré-engagement est établi pour que l’Algérie soit parmi les pays prioritaires à recevoir des doses de vaccin.

Lire aussi : L’Algérie veut accélérer les contacts avec les pays ayant développé un vaccin contre la Covid-19