La préfecture de l’Oise, située à 30 km au nord de Paris, est inaccessible afin d'obtenir un rendez-vous pour renouvellement du titre de séjour. En effet, de nombreux demandeurs étrangers, dont les Algériens, déclarent qu’il est impossible de trouver un créneau pour une prise de rendez-vous. Une situation qui a fait réagir les associations d’aide aux migrants, a indiqué, lundi 3 août, le quotidien français Le Parisien.

Depuis le déconfinement, décrocher un titre de séjour dans le département de l’Oise est quasi impossible, puisque les obstacles s’enchaînent. « Il y a eu le virus, maintenant il y a les vacances », s'est indignée une militante de la Ligue des droits de l’homme (LDH) de l’Oise. Les services sont fermés, les fonctionnaires sont en vacances et les démarches en ligne sont « extrêmement difficiles », témoigne-t-on. Un véritable parcours du combattant qui complique la situation des requérants étrangers, dont les Algériens.

Des démarches à la préfecture de l'Oise qui n’aboutissent pas

François Descroizette, membre du réseau Solidarité migrants Oise, souligne qu'« à l’annonce du confinement, tous les rendez-vous en préfecture ont été supprimés. Mais depuis, ils n’ont pas été reprogrammés ». En effet, les services de la préfecture n’ont, pour l’heure, toujours pas rouvert leurs portes aux migrants.

La seule option possible pour les requérants, c’est une prise de rendez-vous en ligne. « Un vrai casse-tête », selon la Ligue des droits de l’Homme (LDH). Mais là encore, trouver un créneau disponible est quasiment impossible. « Tous les lundis, la préfecture met en ligne de nouveaux créneaux pour la semaine. Mais tout le monde se connecte à minuit et en quelques secondes, tout est pris », explique la même association.

Un courriel adressé au préfet

Face à cette situation, la Ligue des droits de l'homme et Solidarité migrants Oise ont adressé un courriel au préfet en expliquant que la loi « interdit d'imposer l'utilisation d'internet pour les démarches administratives », selon l'avis du Conseil d'Etat du 27 novembre 2019.

Lundi, ils étaient près d’une dizaine à attendre devant les portes de la sous-préfecture de Creil. L’un des requérants présents sur les lieux s’est écrié : « Prenez des rendez-vous en ligne, envoyez un mail. Voilà les deux seules choses qu'on nous dit. Je n'arrive pas à prendre rendez-vous sur le site, je ne peux pas le faire sur place. Je ne sais plus quoi faire ! »

Lire aussi : Renouvellement du titre de séjour pour les Algériens en France : Les préfectures pointées du doigt