Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a abordé, lors d'une allocution prononcée ce mercredi 12 août, l'affaire du contrat signé entre l'homme d'affaires emprisonné Ali Haddad et le lobbyiste américain. Le chef de l'Etat voit derrière cet accord un complot visant la stabilité de l’Algérie.

Le président Abdelmadjid Tebboune a ainsi évoqué le contrat conclu entre l’ancien patron de l’ETRHB, Ali Haddad, et une société américaine. Sans citer nommément Haddad, Tebboune s'est demandé comment l'homme d'affaires est parvenu à cet accord, alors qu'il se trouvait en prison. « Ils sont en prison, et leurs millions de dollars sont distribués à l’étranger. Qui a donné les ordres ? Qui a sorti ces millions de dollars ? Le peuple doit savoir », a asséné le chef de l'Etat dans son allocution prononcée en marge de la rencontre gouvernement-walis.

Selon le chef de l'Etat, « les responsables étaient désignés au téléphone, avec des sacs d’argent, dans la nuit ». Mais « ce temps est révolu », dit-il, tout en affirmant que « les choses vont s’améliorer quotidiennement » en Algérie, promettant d'ouvrir la porte de la « repentance aux égarés, qui ont été trompés ».

Tebboune dénonce des « forces d'inertie » qui veulent le chaos en Algérie

Par ailleurs, le chef de l'Etat a dénoncé certaines parties qui, selon lui, agissent contre la stabilité de l'Algérie. « Il y a des forces d’inertie qui œuvrent contre la stabilité du pays et espèrent toujours parvenir à une situation de chaos dans le pays », a estimé Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier a, enfin, relevé l'existence de « complicités à l'intérieur de l'Administration et que des enquêtes dans ce sens sont en cours ».

À lire aussi :  Le Maroc profite de la faiblesse du gouvernement espagnol

Il convient de rappeler que le média américain Foreign Lobby avait révélé que l’ex-président du Forum des chefs d’entreprise (FCE), Ali Haddad, avait engagé depuis sa cellule de la prison d’El Harrach les services d’un lobbyiste américain proche du président Donald Trump, pour un montant de dix millions de dollars. La justice algérienne avait annoncé l'ouverture d’une enquête préliminaire sur l'affaire.