Le ministre algérien des Affaire étrangères Sabri Boukadoum a réagi ce mercredi 19 août au coup d'Etat qui a eu lieu la veille au Mali. Le ministère a exprimé le refus de l’Algérie de tout changement au Mali en dehors du cadre constitutionnel.

"L’Algérie suit avec beaucoup d'attention l’évolution de la situation dans le pays voisin, le Mali et exprime son refus catégorique à tout changement à la tête du pays en dehors du cadre constitutionnel" peut-on lire dans la déclaration. Le ministère ajoute que "la position de l’Algérie est inspirée de la charte africaine de 2017 pour la démocratie, les élections et la gouvernance". Il affirme "qu'il n'est pas possible de violer les principes de l'Union africaine en ce qui concerne le respect des systèmes constitutionnels ".

L’Algérie appelle, à travers ce communiqué du ministère des Affaires étrangères, tous les belligérants au Mali au respect de la Constitution pour un retour rapide à la légalité et une sortie de cette crise. Elle rappelle également que "les urnes sont le seul chemin qui doit mener au pouvoir".

Il faut rappeler qu'à la suite d’une mutinerie dans un camp de Soundiata Keïta, un coup d’Etat militaire a renversé le président malien Ibrahim Boubacar Keïta ainsi que son gouvernement mardi 18 août. Les militaires ont pris le contrôle de la garnison Kati, puis bouclé les accès au camp. Les mutins ont ensuite formé un convoi et pris la route en direction de Bamako pour prendre les rênes du pays. Suite à ce coup d'Etat, le président malien a annoncé sa démission à la télévision publique. Il a aussi annoncé la dissolution de l'Assemblée nationale et celle du gouvernement.

Lire aussi : Algérie : L’histoire poignante d’une Malienne victime de racisme agite la toile