Sorti dernièrement de prison, l’homme politique Karim Tabbou ne compte pas se taire. Il l’a fait savoir lors d’un meeting populaire animé, mercredi 19 août, dans son village natal à Aït Bouaddou, dans la wilaya de Tizi Ouzou, où il a été accueilli en héros. Fidèle à lui-même, le porte-parole de l’UDS (parti non agréé) a affirmé qu’il allait continuer le combat pour ses idées et pour la démocratie, en dépit du risque de nouvelles poursuites judiciaires.

« Moi, aujourd’hui, je fais l'objet d’un chantage judiciaire. On laisse sur ma tête deux procès pour me museler. Pour les idées que je défends, pour la vérité, pour la démocratie, je ne vais jamais me taire », s'est-il engagé devant des centaines de personnes venus l’écouter.

Karim Tabbou a révélé, d’ailleurs, qu’il avait fait l'objet d’un marchandage en prison. Pour l’illustrer, il s’est comparé à un oiseau libre qu'on avait capturé pour le vendre. « A ceux-là, je disais qu’au lieu d’essayer d’acheter ou de vendre, il fallait partir pour laisser le printemps s’installer dans le pays», a-t-il confié, ajoutant en arabe : « El fahem yefhem (comprendra qui pourra) ».

« Je fais l'objet d’un marchandage »

L’enfant du village Aït Ameur a rappelé que ce n'est pas un, mais deux dossiers judiciaires qui ont été constitués contre lui. « On a fait 19 enquêtes sur ma personne. Un tel nombre d’enquêtes n’a pas été fait pour Ahmed Ouyahia et pour El Issaba », a-t-il fait remarquer. « Ils ont voulu savoir si Karim Tabbou possédait un commerce, des lots de terrain ou des comptes en devise (...). Ils sont arrivés à la conclusion que Karim Tabbou a des idées et des principes », soutient-il.

À lire aussi :  Le Maroc a humilié l'Espagne, selon un ancien premier ministre espagnol

« Nos idées, nos valeurs et nos principes sont inoxydables », a-t-il ajouté, invitant la jeunesse algérienne à l’accompagner dans ce combat pour la démocratie et pour l’avenir la future génération. Pour lui, le mouvement Hirak a montré la voie : « Le Hirak a montré toutes ses capacités d'unir et d'unifier l’action des Algériens ». Karim Tabbou reste d’ailleurs persuadé que le pouvoir en place joue ses dernières cartes à travers les campagnes de dénigrement, menées notamment sur les réseaux sociaux. 

« Aux Algériens qui sont à l’étranger : vous êtes l’emblème de l’honneur de ce pays »

Tabbou a, par ailleurs, rendu un vibrant hommage à la diaspora algérienne qui a joué un rôle déterminant, selon lui, lors des événements qu’a connus le pays ces derniers mois. « Aux Algériens qui sont à l’étranger : vous êtes l’emblème de l’honneur de ce pays. Au moment où le pouvoir essayait de boucler le pays, ces Algériens ont informé le monde, ils ont été témoins, ils ont été les amplificateurs du combat mené ici », a-t-il rappelé. Tabbou a également rendu également à tous ceux qui l’ont soutenu. Il leur dira qu’il ne faut pas oublier qu’il y a toujours des détenus qu’on doit soutenir.