L'attente du rapatriement du corps d'un être cher décédé dans un pays étranger est l'une des pires expériences à vivre en Algérie. Et pour cause : cette attente peut durer une éternité, comme en témoigne une famille de la commune de Freha, dans la wilaya de Tizi Ouzou (Kabylie), qui attend l'arrivée du corps de son fils depuis près de 15 jours.

Malek était un jeune Algérien issu d'un village de la commune de Freha, dans la wilaya de Tizi Ouzou. En quête de jours meilleurs, il est parti, il y a deux ans, tenter sa chance en France. Malheureusement, le 11 août 2020, il meurt d'une crise cardiaque, à l'âge de 37 ans. La triste nouvelle a vite fait le tour de sa région natale.

Passé le choc, commence, pour sa famille, l’interminable attente du rapatriement du corps. Une attente qui enfonce davantage son amertume et prolonge son deuil. D'ailleurs, les veillées funèbres s’éternisent dans la maison familiale. Pourtant, des efforts sont fournis en France pour écourter l'attente douloureuse.

« Notre village est doté d’un comité là-bas (en France, ndlr). C’est lui qui se charge de ce genre de cas. Depuis le décès de Malek, les membres de cette association font de leur mieux et multiplient les démarches en vue du rapatriement du corps », explique un des frères du défunt.

À lire aussi :  Indice de criminalité 2022 : L'Algérie plus sûre que la France ?

La pesante attente

Le même proche affirme que toutes les démarches ont été effectuées. La procédure n’en finit pas pour autant. « La crise sanitaire liée au coronavirus et la période des congés ne facilitent pas la tâche pour accélérer l’opération », déplore un proche de la famille qui dit être en contact permanent avec les membres de l’association du village en France.

Il faut dire que même en temps normal, le rapatriement des dépouilles d’Algériens morts à l'étranger, notamment en France, traîne plusieurs jours. c'est dire que la douloureuse attente de cette famille est endurée par la majorité des proches des Algériens décédés à l'étranger et désirant être enterrés dans leur terre natale. Les autorités algériennes vont-elles enfin se pencher sérieusement sur ce cas ?

Lire aussi : Le rapatriement des dépouilles des Algériens se fera aux frais de l’Etat