Le gouvernement algérien a établi une liste des produits interdits à l'exportation. Celle-ci a été adressée le 24 août dernier aux différents partenaires économiques du ministère du Commerce. La liste en question qui comprend une cinquantaine de produits alimentaires et autres, a été diffusée mardi 25 août par le site arabophone Ennahar.

Il s'agit d'une liste "révisée", est-il indiqué dans la note envoyée aux partenaires économiques "pour exécution". Cette mesure a été prise pour "garantir la disponibilité des produits nécessaires dans le marché national" durant la crise sanitaire liée au coronavirus.

Ainsi, la semoule de blé et d'orge sont désormais interdite à l'exportation. Il est de même pour la farine, les pâtes alimentaires, le couscous, les huiles de soja, l'ail et le sucre. Le ministère du commerce interdit également l'exportation des gels et savons pour les mains ainsi que les masques médicaux.

En détails, les différents types et qualités de ces produits sont concernés par cette mesure, précise le ministère du Commerce. Concernant les pâtes, à titre d'exemple, les spaghettis, les nouilles, les lasagnes, les gnocchis, ravioli, cannelloni et les macaronis sont objets d'interdiction à l'exportation.

Maintenir la disponibilité des produits sur le marché national

Notons que le ministère du Commerce a décidé le 10 août 2020 la levée de l'interdiction des exportations en Algérie. La décision ne concernait cependant pas les produits subventionnés ou fabriqués à partir des produits subventionnés.

Auparavant et suite à l'apparition des premiers cas du coronavirus dans le pays, le gouvernement a décidé de suspendre l'exportation de certains produits. C'était le mois de mars dernier. Il s’agissait de la semoule, la farine, les légumes secs et le riz, les pâtes alimentaires, les huiles, le sucre, le café, l’eau minérale, le concentré de tomates, les préparations alimentaires, tous les produits laitiers, y compris ceux destinés aux enfants, les légumes et les fruits frais, les viandes rouges et blanches.

Enfin, le gouvernement annonce également l’interdiction à l’exportation des équipements médicaux et paramédicaux, les médicaments et les produits pharmaceutiques, les produits d’hygiène corporelle et les détergents ménagers.