Condamné en Algérie à 20 ans de prison ferme, le général à la retraite Khaled Nezzar affirme ne s’être jamais entretenu avec les autorités algériennes pour négocier sa reddition. L'ex-ministre de la Défense nationale exilé à l'étranger accuse « l’ancienne équipe au pouvoir » d'être derrière sa condamnation ainsi que celle de son fils, et met en garde contre certains partisans du Hirak qui complotent, selon lui, contre l'armée algérienne. 

Khaled Nezzar est sorti de son silence. Dans des déclarations rapportées ce samedi 29 août par le quotidien El Watan, l'ancien général est revenu sur sa condamnation par contumace à 20 ans de prison dans l’affaire du « complot contre l’armée » avec son fils Lotfi Nezzar. « L’affaire dont mon fils et moi-même faisons l’objet est politique. Elle a été enclenchée sur ordre par l’ancienne équipe au pouvoir, dans un but de pure revanche et dans le cadre d’un agenda politique », assène Nezzar.

Réfugié en Espagne en compagnie de son fils, Khaled Nezzar dit être victime d'une injustice : « Maintenant, cela se sait. Cette affaire ne pourra être résolue que par un acte politique, seul à même de réparer cette injustice qui a poussé à l’exil, au-delà de ma personne, nombre de citoyens et cadres de la nation dont l’Algérie a grandement besoin aujourd’hui», a-t-il soutenu.

À lire aussi :  Le Parlement européen ajourne toutes ses missions au Maroc

Néanmoins, l’ex-chef d’état-major de l’armée a signalé qu' « aucune discussion n’est en cours avec les autorités du pays, ni civiles ni militaires. Depuis mon exil en juin 2019, je n’ai jamais eu à discuter avec elles et je n’ai jamais exigé le départ de quiconque », a-t-il affirmé.

« Si l’ANP tombe, les problèmes de la région déborderont sur l’Algérie »

Par ailleurs, Nezzar a mis en garde les partisans du Hirak qui militent en faveur d’un Etat civil. Il a ainsi laissé entendre que « l’étape la plus difficile est celle qui est en cours et qui vise l’ANP avec le slogan ‘‘Madania machi aâskaria’’ (Etat civil et non militaire). Car si l’ANP tombe ou est déstabilisée, c’est l’Etat qui se trouvera anéanti. Si l’ANP tombe, les problèmes de la région déborderont sur l’Algérie », a-t-il souligné.

Khaled Nezzar a, en outre, estimé que l'armée algérienne « n’est pas politique et ce serait une erreur de la politiser ». Selon lui, l'ANP joue un rôle important en Algérie, car c'est elle qui « prend le relais lorsque les institutions du pays ne sont plus capables d’agir ».

Lire aussi : Accusé d’avoir tué sa femme : Khaled Nezzar répond à son fils