Le président Abdelmadjid Tebboune a présidé, dimanche 30 août, une nouvelle réunion du Conseil des ministres. Il a instruit son gouvernement de prendre des mesures pour intensifier la lutte contre le phénomène de la criminalité dans les quartiers, qui a connu une flambée ces dernières années.

Abdelmadjid Tebboune a insisté sur l'impératif de renforcer « les mesures coercitives en vue de protéger les citoyens et leurs biens, de ces bandes criminelles qui sèment le chaos, terrorisent les citoyens et s'adonnent au trafic de drogue en se servant de l'argent sale », indique un communiqué du Conseil des ministres.

Plusieurs décisions ont été prises dans ce sens, dont l’interdiction de l'importation, la vente, la possession, l'utilisation ou la fabrication d'armes blanches, sabres et poignards, destinés aux bandes de quartiers. Il a été également décidé d’exclure les personnes condamnées, membres de ces bandes, des procédures de grâce. Le chef de l’Etat a également ordonné l’institution « de mesures légales devant protéger les différents corps de sécurité, chargés de lutter contre ces bandes ».

A ce propos, un texte de loi en préparation et qui a été débattu dimanche en Conseil des ministres, propose des peines sévères contre les personnes impliquées dans ce genre de criminalité. Ces dernières encourent des peines « allant de 5 ans à la perpétuité en cas d'homicide, assorties d'une amende allant jusqu'à 2 millions de DA ».

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Le président de la République a, aussi, chargé le ministre de la Justice, Garde des Sceaux d'élaborer une loi contre le kidnapping « pour préserver la sécurité des citoyens et de leurs enfants », conclut le communiqué du conseil des ministres.

Lire aussi : Algérie : La criminalité en Kabylie ne cesse de montrer son ampleur