Le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, s’est adressé ce mercredi 2 septembre aux citoyens de Kabylie. Salah Goudji a lancé un appel à l'occasion de l'ouverture de la session d'automne du Sénat. "Nous sommes dans la même tranchée", a-t-il déclaré en s'adressant aux Kabyles. 

Salah Goudjil qui a lancé un appel à la mobilisation générale à l'approche du référendum sur la Constitution, s'est adressé aux Algériens en général et aux Kabyles en particulier. "Je lance cet appel à nos frères dans la wilaya de Tizi Ouzou et d'autres wilayas pour qu'on soit dans la même tranchée dans cette période sensible" a-t-il déclaré. Il a ajouté : "Je réitère cet appel pour qu'on soit dans la même tranchée dans la nouvelle république. L’Algérie va connaitre un grand jour , novembre est de retour".

Goudjil fait la promotion pour la nouvelle constitution

Par ailleurs , le président du sénat a affirmé que le référendum programmé pour le 1er novembre a plusieurs significations en relation avec l’histoire de l’Algérie et la situation actuelle du pays".  Salah Goudjil a également fait la promotion des choix de Abdelmadjid Tebboune qui, selon lui, "a fait le choix de faire participer tous les Algériens à l’enrichissement de la mouture définitive de la nouvelle Constitution".

À lire aussi :  Réduction du nombre visas pour les Algériens : Un député français s’insurge

Cet appel à une région connue pour sa fronde et où l'élection présidentielle du 12 décembre 2019 n'a pas eu lieu, dénote d'un décalage entre les décideurs et la population. En effet, les acteurs de la société civile, les activistes politiques et les citoyens sont nombreux à rejeter ce référendum décidé d' "une manière unilatérale et autoritaire par Abdelmadjid Tebboune dont la légitimité est remise en cause par la rue".

Reste à savoir pourquoi le président du sénat s’adresse spécialement aux Kabyles. Est-ce une stratégie pour amadouer les citoyens de la région ou un message aux tenants du discours raciste anti-Kabyle ?

Lire aussi : Algérie : Le président du Sénat égratigne le courant islamiste