L’ancien député FLN de la wilaya de Annaba, Baha Eddine Tliba, a confirmé ses déclarations sur la vente des places de tête de liste lors des élections législatives de 2017. L'ancien vice-président de l'APN a affirmé devant le tribunal de Sidi M’hamed à Alger ce mercredi 2 septembre que durant les élections législatives de 2017, les postes de tête de liste aux législatives se vendaient à 7 milliards de centimes.

L'ancien député de Annaba est poursuivi dans plusieurs affaires en relation avec le financement occulte de la campagne électorale du président déchu Abdelaziz Bouteflika, le financement occulte des listes de partis politiques ainsi que des campagnes électorales du PFLN lors des élections législatives et locales. Il a déclaré devant la cour : "Djamel Ould Abbas m'a présenté un plan pour le financement de la campagne électorale. Il a fixé le prix de candidature comme tête de liste FLN à 7 milliards de centimes".

L'ancien député proche du cercle présidentiel ajoute : "Dès que j'ai compris le complot, je me suis adressé au patron du DRS, Bachir Tartag pour l'informer". Il affirme que sa démarche envers le patron du DRS avait pour objectif de saisir la justice sur ce qui se tramait.

Djamel Ould Abbes accuse Saïd Bouteflika d’être derrière la confection des listes

Pour sa part, l'ex-secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbes a affirmé qu'il avait pris contact avec Saïd Bouteflika dès qu'il a eu la nouvelle de l'arrestation de son fils. Il a indiqué que Saïd Bouteflika lui avait "imposé la présence de l'ex-Premier ministre Abdelmalek Sellal, de l'ancien ministre de l’intérieur Noureddine Bedoui ainsi que de l'ex-ministre de la justice Tayeb Louh, lors de la confection des listes des candidats du FLN". Djamel Ould Abbes a ajouté que Baha Eddine Tliba n'avait pas été tête de liste FLN lors de ces élections".

À lire aussi :  La visite d'Abdelmadjid Tebboune en Russie au menu d'un entretien téléphonique avec Poutine

Par ailleurs, le fils de Djamel Ould Abbes a affirmé que les listes ont été confectionnées par Abdelmalek Sellal. Omar Skander Ould Abbes a ajouté que "Saïd Bouteflika appelait son père à une heure du matin en étant saoul et lui donnait des ordres". Il a également affirmé qu'il s'était adressé à Baha Eddine Tliba pour lui demander une aide afin de construire un port sec.

Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed a requis, à l'issue des auditions, 10 ans de prison et 8 millions de dinars d'amende à l'encontre de l’ancien parlementaire Baha Eddine Tliba et le fils de l’ancien ministre de la santé, Djamel Ould Abbes, Omar Skandar Ould Abbes.

Ces déclarations révèlent le degré de corruption atteint lors des élections législatives de 2017. Des élections où le FLN a raflé la majorité des sièges. Ces révélations donnent une idée sur la composante de l'Assemblée populaire nationale et la façon dont ont été élus les députés de la majorité. Des députés qui continuent à siéger et à légiférer à ce jour.

Lire aussi: Algérie : Les procès des frères Kouninef et de Baha Eddine Tliba programmés