Le Premier ministre algérien, Abdelaziz Djerad, suscite la polémique depuis quelques jours suite à une curieuse déclaration dans laquelle il explique l'origine du mot "Pyrénées". Dans une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux, Abdelaziz Djerad déclare en effet que ce mot tirerait son origine du nom de "burnous", un habit traditionnel berbère. Il a ainsi expliqué que "lorsque les conquérants musulmans ont atteint les Pyrénées, ils ont fait le rapprochement entre ces montagnes enneigées et le burnous. Le mot Pyrénées tire donc son origine du nom du burnous". Essayons donc de vérifier la véracité de cette affirmation du Premier ministre.

Abonnez-vous à notre chaîne : http://bit.ly/youtub-obs

Une origine encore floue

Tout d'abord, il faut savoir que l'origine du nom des Pyrénées, cette chaîne montagneuse séparant la péninsule ibérique du reste de l'Europe, reste encore de nos jours assez floue. Toutefois, la majorité des linguistes s'accordent à donner une origine grecque à ce terme. Ainsi, le terme Pyrenaia est employé dès le 5e siècle avant
J-C. par l'historien et géographe grec Hérodote, qui indique que le fleuve Danube prendrait sa source dans une ville portant ce nom, ville identifiée en français sous le nom de Pyrène. Cette dernière, dont l'existence reste incertaine, se serait située selon les écrits antiques près de l'actuelle frontière entre la péninsule ibérique et le reste de l'Europe. Plutarque, autre penseur majeur de l'antiquité, reprendra également ce terme vers le 1er siècle après J-C. Ce nom sera également employé sous sa forme latine Pyrenaeus et désignera à partir du Moyen-âge la chaîne montagneuse située de nos jours entre la France, Andorre et l'Espagne.

À lire aussi :  Un Kabyle de 19 ans candidat aux élections provinciales au Canada

La mythologie grecque

Une autre origine du mot Pyrénées trouve également sa source dans la mythologie grecque. Le héros grec Héraclès, de retour de l'un des 12 travaux qu'il devait  accomplir pour expier l'assassinat de sa famille, serait tombé amoureux de la princesse Pyrène, fille du roi Bébryx dont le royaume était situé dans l'actuelle Espagne.
Tombée enceinte suite à cette aventure, la princesse aurait fui pour échapper à la colère de son père et aurait été dévorée par des loups et des ours. Héraclès l'aurait alors enterrée et aurait créé une chaîne de montagnes à l'emplacement de sa tombe qu'il aurait baptisées Pyrénées en l'honneur de la défunte princesse.

Ignorance ou confusion ?

Comme nous venons de le voir, le nom des Pyrénées n'a donc rien à voir avec le burnous berbère comme l'explique le Premier ministre algérien Abdelaziz Djerad. Mais dans ce cas, qu'est ce qui a donc conduit M. Djerad à donner cette explication complètement erronée lors d'une sortie publique et en présence de plusieurs journalistes des différents médias de la presse algérienne ? Une explication plausible serait le terme "Baranis" qui est le nom arabe désignant les Pyrénées. Ce terme étant très proche du mot burnous, le Premier ministre algérien aurait ainsi pu tomber dans la confusion et donner sa propre interprétation de l'origine du nom de la chaîne montagneuse.

À lire aussi :  Algérie-USA : Un autre poids lourd américain prochainement en Algérie

Une autre explication pourrait être la confusion avec le mont Branès qui est une montagne située à proximité de la ville andalouse de Cordoue, et que les musulmans nommaient ainsi en référence à la tribu berbère des Branès, qui habite aujourd'hui le Rif marocain et dont certains membres habitaient ladite montagne à l'époque de l'Andalousie musulmane.

Quoi qu'il en soit, le Premier ministre Abdelaziz Djerad n'a pas manqué de susciter la polémique avec sa déclaration. Que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans la presse nationale et même étrangère, le responsable algérien a été la cible de vives critiques mais également de moqueries. Plusieurs internautes n'ont pas hésité
à comparer l'actuel Premier ministre à Abdelmalek Sellal, qui avait également occupé le même poste, il y a quelques années, et qui s'était fait connaître par ses  déclarations et comportements qui ont suscité les moqueries et la polémique tant en Algérie qu'à l'étranger.