L'individu qui a agressé une cadre du RCD en septembre 2019 dans son cabinet d'avocat, à Chlef, a été condamné lourdement par le tribunal de cette ville. Selon un communiqué de ce parti, l'agresseur a écopé, dimanche 6 septembre, d'une peine de dix ans de prison ferme et de 200 000 dinars d'amende.

"Le procès de l'agresseur de la Secrétaire nationale du RCD à la vie associative, maître Wassila Boughari, membre du barreau de Mostaganem, s'est déroulé hier, 06 septembre au Tribunal criminel de Chlef. L'accusé a été condamné à 10 ans de réclusion et à 200 000 dinars d'amende", a indiqué le parti de Mohcine Belabbas dans son communiqué rendu public ce lundi 7 septembre.

Si la condamnation semble lourde, c'est parce que les avocats de Wassila Boughari ont tout fait pour requalifier les faits et accuser l'agresseur de "tentative de meurtre". D'ailleurs, le RCD "se félicite de la mobilisation de la profession (des avocats, ndlr) pour la requalification des faits et le jour du procès".

L'agression de l'avocate a eu lieu en septembre 2019

Pour rappel, les faits de cette agression remontent au 3 septembre 2019. Me Wassila Boughari, avocate et membre de la direction du RCD, chargée de la vie associative, était dans son cabinet quand l'agresseur a fait irruption dans le cabinet et a tenté de l'assassiner à l'aide d'un couteau de boucher, selon les explications fournies par le parti, le jour de l'incident.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

"Un individu muni d’un sac a fait irruption, en fin de matinée, dans le bureau de l’avocate avant d’exhiber un couteau de boucher pour s’en prendre directement à la jeune femme sans engager un dialogue d’aucune espèce. En se défendant vigoureusement contre son agresseur, Wassila a reçu des coups d’arme blanche au niveau du cou, ce qui a nécessité plus tard la pose de points de suture au niveau de l’hôpital", avait raconté, à l'époque déjà, le parti présidé par Mohcine Belabbas.

Lire aussi : Transition en Algérie : Le RCD répond à Abdelmadjid Tebboune