Le tribunal de Annaba a convoqué le directeur de la publication du journal El Watan, Tayeb Belghiche, suite à la plainte déposée par les enfants de Gaïd Salah. Tayeb Belghiche devra se présenter au tribunal le 28 septembre, pour répondre aux accusations de la famille de l'ex-chef d’état-major de l'armée qui considère que l'article publié par le journal est « attentatoire à son honneur et à sa considération ».

Ainsi, l'article publié par El Watan sous le titre: « Les enfants de Gaïd Salah détenteurs de nombreux biens : Les détails d’une fortune à l’ombre du général » continue de faire des remous. Le journal est poursuivi en justice par la famille de l'ancien vice-ministre de la Défense nationale. Elle accuse le journal de « diffamer et de porter atteinte à la mémoire du général et combattant décédé Ahmed Gaïd Salah » ainsi que de « porter atteinte à l’image de l’Armée nationale populaire ». Les deux fils de Gaïd Salah se sont appuyés sur l’article 296 du Code pénal (atteintes portées à l’honneur et à la considération des personnes). Ils se sont constitué partie civile pour réclamer « réparation ».

El Watan persiste et signe

Quant au journal, il est intrigué par cette plainte. « On nous accuse de diffamer le défunt Ahmed Gaïd Salah, alors qu’à aucun moment il n’a été cité, si ce n’est pour identifier l’affiliation des mis en cause », écrit El Watan. Son directeur de publication, Tayeb Belghiche, a déclaré : « Nous sommes sereins », ajoutant que « ce n’est pas la première fois que le journal est confronté à la justice ».

À lire aussi :  Vers une coopération nucléaire entre le Maroc et Israël

Il faut rappeler qu'au lendemain de son article qui a fait beaucoup de bruit en Algérie, le directeur du journal, Tayeb Belghiche, a déclaré que les sanctions n’avaient pas tardé à tomber sur le quotidien francophone : « Je confirme que le journal a été privé de publicité publique après la publication de cet article », a-t-il fait savoir à l’AFP. « C’est comme à l’époque de Saïd et Abdelaziz Bouteflika (l’ex-président déchu et son frère Saïd). Ce sont des pressions et des chantages intolérables », a-t-il dénoncé.

Lire aussi : Algérie : La famille de Gaïd Salah dépose plainte contre le journal El Watan