Le président du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), Ferhat Mehenni, a été victime d’une tentative d'agression à Paris. C’est ce que rapportent, ce mardi 8 septembre, des sources concordantes. Ces dernières assurent que Ferhat Mehenni se porte bien après cette attaque condamnée par plus d’un.

L'opposant algérien, qui s’est réfugié en France depuis quelques années, a été victime d'une tentative d'agression ce mardi 8 septembre. Celle-ci a eu lieu, selon les mêmes sources, « à l’angle de la rue Frédérick Lemaître, au niveau du 20e arrondissement de Paris ».

Selon des échos, Ferhat Mehenni ne se serait pas laissé faire face à son agresseur. La foule présente sur les lieux aurait intervenue pour séparer le président du MAK et son assaillant. Ce dernier, précise-t-on, proférait des insultes envers le militant kabyle. « Vive la Palestine, on va lui faire la peau », criait notamment cette personne, dont l’âge est estimé entre 25 et 30 ans. On croit savoir qu’une caméra aurait filmé la scène.

Le véhicule du président du MAK et non moins membre fondateur du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) n’a pas échappé à la furie du même individu. Sa vitre a été cassée et l'intérieur a été aspergé d’un liquide rougeâtre. Les personnes proches du président du MAK indiquent qu’il s'agit probablement d’un produit lacrymogène.

Par ailleurs, le président du MAK et célèbre chanteur engagé, surtout durant les années 1970 et 1980, a déposé plainte contre son agresseur. La police locale a vite ouvert une enquête. La nouvelle de l’agression, qui a fait rapidement le tour des réseaux sociaux, a été vivement condamnée en Algérie et ailleurs.