L'avocat et défenseur des droits humains Mokrane Aït Larbi a appelé les décideurs à sanctionner le ministre du Commerce, Kamel Rezig, pour les propos qu'il a tenus sur les martyrs. Mokrane Aït Larbi rappelle, ce mardi 8 septembre sur sa page Facebook, que l'actuel ministre du Commerce, Kamel Rezig, a traité certaines figures du Hirak de « fils de Harkis » alors que ce sont des descendants de martyrs. 

Mokrane Aït Larbi fait référence aux photos partagées par le ministre du Commerce, le 3 janvier dernier sur son mur Facebook, de Mokrane Aït Larbi, Mustapha Bouchachi, Samir Benlarbi, Zoubida Assoul et Karim Tabbou avec ce commentaire : « celui qui n'a jamais vu un harki de sa vie n'a qu'à regarder ces têtes pourries. Elles représentent les enfants des Harkis ».

L'avocat rappelle que son père ainsi que celui de Mustapha Bouchachi sont « des martyrs de la révolution algérienne. Ils ont sacrifié tout ce qu'ils avaient en commençant par leurs propres vies ». Il ajoute que « les parents de Samir Benlarbi et Karim Tabbou n’étaient pas des harkis pendant la révolution comme les avait traités Kamel Rezig ».

« Nul n'a le droit de traiter les martyrs de Harkis »

Mokrane Aït Larbi regrette : « Etant un soutien du régime, le ministre a le droit de nous critiquer. Nous sommes des opposants réels. Nous avons prouvé pendant nos parcours individuels notre existence, mais personne n'a le droit de traiter les martyrs de traîtres ». L'avocat souligne que la défense des martyrs ne doit pas être le monopole de leurs enfants. « Ils sont un patrimoine du peuple algérien », rappelle-t-il.

À lire aussi :  Vers une coopération nucléaire entre le Maroc et Israël

Mokrane Aït Larbi a également interpellé les pouvoirs publics pour sévir contre « le ministre du Commerce qui a traité les martyrs des pires qualificatifs ». Il conclut : « En ce qui nous concerne, nous allons prendre des mesures après concertations. Nous allons agir dans le cadre de la loi contre cet individu ».

Lire aussi : Propos racistes « anti-kabyles » d’un nouveau ministre algérien