Le ministre algérien de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, s'est exprimé, jeudi 17 septembre, sur la chaîne publique Canal Algérie à propos de la réouverture des frontières du pays. Il a fait savoir qu'aucune date n'avait encore été retenue par les hautes autorités du pays.  

Le premier responsable du département de la santé a donc affirmé que la question du rétablissement de la circulation aérienne et maritime n'était pas à l'ordre du jour. Il dit comprendre que les Algériens s’interrogent sur la position de l'Etat concernant la réouverture des frontières. Cependant, rappelle-t-il, cette situation de statu quo n'est pas propre à l'Algérie.

L’Algérie ouvrira ses frontières lorsque la situation se stabilisera dans le monde

Abderrahmane Benbouzid, a souligné qu’en dépit de la décrue progressive de l'épidémie de coronavirus en Algérie, la réouverture des frontières n'est pas d’actualité, eu égard à la situation sanitaire inquiétante dans le monde, notamment en France, où l'Algérie compte une diaspora très importante. Ainsi, pour le responsable, la levée totale des restrictions sur les frontières ne sera possible que lorsque la situation sanitaire « se sera améliorée aussi ailleurs, pas que chez nous ».

Au niveau national, le chef du département ministériel a affirmé que l’Algérie avait su contenir la propagation du coronavirus. Il prétend même qu'« il y a des mesures qui ont été prises ici chez nous par les pouvoirs publics » qui ont devancé « celles prises dans les pays développés ».

À lire aussi :  François Hollande appelle la France à relancer son partenariat avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

La décision de la réouverture des frontières est du ressort de l’Etat

En outre, Abderrahmane Benbouzid a affirmé que le Comité scientifique « ne détient aucun pouvoir décisionnel ». La question de la réouverture des frontières de l’Algérie sera tranchée par l’Etat, affirme-t-il. « C’est une mesure souveraine », a-t-il ajouté.

Pour finir, le ministre de la Santé a déclaré que la décision de maintenir les frontières fermées  avait préservé le peuple algérien. D'après lui, la réouverture des frontières risque d'aggraver la situation sanitaire du pays, dès lors que personne ne sera en mesure d’interdire les aller-retour vers et de l'étranger.

Lire aussi : Date de la réouverture de frontières de l’Algérie : La décision sera prise cette semaine