Le comité scientifique chargé du suivi du coronavirus en Algérie s'est exprimé à propos de la reprise des vols nationaux et internationaux en Algérie. Ainsi le porte-parole du comité, le professeur Djamel Fourar a indiqué que l'Algérie n'était pas prête à ouvrir totalement ses frontières pour l'ensemble des pays, proposant néanmoins, une ouverture partielle avec les pays qui enregistrent peu de cas de Covid-19.

La réouverture des frontières de l'Algérie n'est pas d'actualité. Dans un entretien accordé, mardi 22 septembre à la chaîne arabophone Echourouk, Djamel Fourar, porte-parole du comité scientifique en charge de la lutte contre la propagation du coronavirus en Algérie a écarté l’ouverture de l’espace aérien, vu le recrudescence de l’épidémie dans certains pays, notamment européens.

Selon Fourar, les pays proches de l’Algérie « dont les pays européens, sont des zones où le virus circule activement », a-t-il souligné. À ce propos, il a rappelé qu'« en mars dernier, 90 % des cas de Covid-19 enregistrés en Algérie étaient des cas importés de France ». De ce fait, Djamel Fourar estime que l'Algérie « ne peut pas ouvrir le transport aérien alors que la situation sanitaire n’est pas stable » dans ces pays.

Vers une réouverture progressive des frontières de l'Algérie

Djamel Fourar affirme que les membres du comité scientifique ne veulent prendre aucun risque. « On ne peut ouvrir et mettre en danger la population », a-t-il précisé. Et de citer encore l'exemple de la France qui enregistre plus de 13 000 cas quotidiens.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

En définitive, le Pr. Fourar a fait savoir que les membres du comité scientifique déconseillent fortement une ouverture avec l’Europe actuellement. Toutefois, il a souligné que l'Algérie pourrait opter pour une réouverture partielle avec les pays qui enregistrent une décrue dans le nombre de contaminations, et d'élargir la liste de ces pays au fur et à mesure. Affirmant à cet effet que le comité suivait de près « la situation sanitaire pour voir quand Air Algérie pourra reprendre ses vols ».

Concernant le transport inter-wilayas en Algérie, le même professeur a indiqué que le comité scientifique relevant du ministre de la Santé, suggère une reprise progressive des liaisons aériennes et terrestres en fonction de l’évolution de l’épidémie dans chaque wilaya.

Pour rappel, le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, avait affirmé que la décision de la réouverture des frontières algériennes était du ressort du comité scientifique. « C’est une décision scientifique et non politique et elle sera prise en concertation avec les scientifiques », a-t-il déclaré, affirmant que la priorité était la santé des citoyens.

Lire aussi : Réouverture des frontières de l’Algérie : Sous quelles conditions ?