L’ancien président algérien Abdelaziz Bouteflika aurait initié un début de rapprochement avec Israël dès son arrivée au pouvoir, en 1999. C’est ce qu’affirme le média panafricain Jeune Afrique dans son édition de mercredi 23 septembre.

Selon la même source, Abdelaziz Bouteflika aurait entrepris un début de normalisation des relations avec Israël, alors que l’Algérie est l’un des pays les plus engagés dans la défense de la cause palestinienne. Le média panafricain ne détaille pas la démarche initiée par le président déchu, mais affirme qu’un début de rapprochement avec l’ennemi juré a bel et bien été initié.

L’Algérie est restée fidèle à sa doctrine de non reconnaissance d’Israël en tant que nation. Elle ne se contente pas de soutenir la Palestine politiquement et financièrement, puisqu'elle a également participé à deux guerres ayant opposé des pays arabes à Israël.

Abdelmajid Tebboune exclut toute possibilité de normalisation avec Israël

L’actuel président algérien, Abdelmajid Tebboune, a exclu, dimanche, toute possibilité de normalisation des relations avec Israël. Pour lui, il n’est pas question de suivre les monarchies du Golfe dans leur ruée vers la normalisation. La cause palestinienne est d’autant plus sacrée pour les Algériens que c’est à partir d’Alger que le défunt président palestinien Yasser Arafat a proclamé, le 15 novembre 1988, la création de l’État palestinien.

À lire aussi :  La visite d'Abdelmadjid Tebboune en Russie au menu d'un entretien téléphonique avec Poutine

« Pour nous, la cause palestinienne reste une cause sacrée, y compris pour tout le peuple algérien », a précisé Tebboune lors d’une rencontre avec des responsables des médias algériens. Et d’ajouter : « Nous constatons qu’il y a une sorte de ruée vers la normalisation. Nous n’y participerons pas et nous ne la cautionnons pas ».

Réitérant son engagement indéfectible en faveur de la cause palestinienne, le président algérien estime que cette cause « ne connaîtra de solution qu’avec un Etat palestinien dans les frontières de 1967 avec El Qods (Jérusalem) comme capitale ».

Abdelmadjid Tebboune indique, dans le même sillage, que « si l’instauration de cet Etat est annoncée officiellement dans ces conditions, la crise du Moyen-Orient connaîtra une solution. La clé du Moyen-Orient est la cause palestinienne ».