Une première au Maroc. La justice marocaine a obligé une banque à encaisser un chèque libellé entièrement en Tamazight, plus précisément en Tifinagh. Selon des articles de presse publiés mercredi 23 septembre, la justice a même condamné la banque à verser des dédommagements au client.

En fait, le jugement a été rendu la semaine dernière contre la banque Crédit du Maroc. Le tribunal de commerce de Casablanca a ainsi condamné cet établissement financier à verser 3 000 dirhams au demandeur, dont le chèque libellé en Tifinagh a été rejeté par Crédit du Maroc.

Mieux encore, et voulant que le jugement soit exécuté dans les plus brefs délais, le même tribunal a condamné la même banque à une astreinte journalière de 300 dirhams. Histoire d'amener le Crédit du Maroc à exécuter la décision sans perdre de temps. La banque a été également condamnée à verser au requérant un dédommagement de 1 000 dirhams.

Pour l'avocat du plaignant, le tribunal de commerce de Casablanca "a rendu effectif le caractère officiel de la langue amazighe, tout en consacrant les valeurs de la justice linguistique" au Maroc. Ahmed Arrehmouch, qui est également militant de la cause amazighe, pense néanmoins qu'il "faudra attendre quelques jours avant qu'une copie du jugement soit prête". Surtout que la décision est récente et il ne connaît du jugement que le prononcé, les attendus n'étant pas encore disponibles.

Les faits remontent à février 2020. Mahfoud Hamdi, militant de la cause amazighe, s'est présenté à la banque pour retirer 3 000 dirhams, mais avec un chèque entièrement libellé en tamazight. Le refus de la banque de prendre en compte le chèque en raison de la langue a amené le militant à saisir la justice qui lui donnera gain de cause sept mois plus tard.

Lire aussi : Maroc : L’état de santé de Mohammed VI suscite des interrogations