La justice française vient de condamner un jeune Algérien à une lourde peine de prison. Le mis en cause a été jugé par une cour criminelle expérimentale à Nantes composée de cinq magistrats et sans jurés. Ce dispositif est testé pour la première fois. 

Le verdict est tombé ce jeudi 1 octobre. La Cour criminelle expérimentale de Nantes, une commune dans l’ouest de la France, a condamné le jeune Algérien à dix ans de réclusion criminelle. Le mis en cause a été jugé par cette nouvelle juridiction pour viol et agression sexuelle sur deux femmes en 2017. Il importe de noter que le procureur général avait requis contre le jeune algérien 12 ans de réclusion criminelle.

Pour rappel, la justice française a débuté, lundi 28 septembre, l’expérimentation d’une nouvelle Cour criminelle à Nantes. À l’occasion, un Algérien, accusé de viol et d’agression sexuelle sur deux jeunes femmes, a été présenté devant les magistrats qui ne seront pas secondés par des jurés populaires. Le mis en cause a contesté les charges d’agression sexuelle et de viol portées à son encontre mais a reconnu plutôt « un vol de portable et une tentative de cambriolage ».

Ainsi, ce nouveau dispositif est testé pour la première fois à Nantes. Cette nouvelle instance judiciaire sera amenée à juger, entre autres, des crimes de viol, vol à main armée, des faits de proxénétisme, des coups mortels ou, plus rare, des faits liés à l’esclavagisme. Donc elle verra comparaître des accusés obligatoirement majeurs, non récidivistes. Ils seront jugés par une cour composée uniquement de magistrats pour des crimes passibles d’une lourde réclusion criminelle.