Le ministre des Transports Lazhar Hani a détaillé le plan de restructuration de la compagnie nationale Air Algérie, annoncé par le président Abdelmadjid Tebboune. Le ministre a assuré que les agences d’Air Algérie à l’étranger seront réduites et que la compagnie serait concentrée sur les vols internationaux.

Le ministre des Transports a confié qu’une nouvelle compagnie publique sera créée pour s’occuper du transport aérien domestique. Air Algérie pourrait alors se concentrer sur les vols internationaux. Lazhar Hani rappelle aussi la décision de Abdelmadjid Tebboune relative à la réduction du nombre des agences d’Air Algérie à l’étranger. Cette décision est motivée par les évolutions technologiques qui permettent aux usagers d’acheter leurs billets en ligne.

Par ailleurs, le gouvernement algérien compte enclencher un plan de restructuration des agences d’Air Algérie à l’étranger. L’entreprise publique devrait favoriser le recrutement des Algériens issus de la diaspora afin de réduire ses dépenses. Le nombre des travailleurs au sein de ses agences à l’étranger sera drastiquement réduit.

 Une aide directe de l’Etat est envisageable

D’autre part, le ministre algérien des Transports avait évoqué en août dernier, les pertes colossales de la compagnie aérienne nationale fortement impactée par le coronavirus. Le ministre avait indiqué que l’État algérien « ne lâchera pas » cette compagnie à laquelle il accordera « des aides financières ». L’entreprise nationale de transport aérien devrait ainsi bénéficier d’un soutien direct de l’État.

La compagnie aérienne Air Algérie devrait bénéficier d’une aide importante de l’État en raison des pertes colossales que sa trésorerie a subies depuis le gel du trafic aérien. Un soutien direct est désormais indispensable pour la survie de la compagnie.

De son côté, la direction d’Air Algérie envisage une réorganisation de ses effectifs au niveau interne. Des propositions relatives à la modification du règlement intérieur de la compagnie, le changement du régime de travail du personnel navigant et la consommation des congés sont en cours d’étude.

 Pour rappel, les répercussions de la crise sanitaire sont dramatiques pour Air Algérie. Le transporteur a subi 3 500 milliards de centimes de pertes. Ses activités sont à l’arrêt depuis la fermeture des frontières, le 17 mars passé. Les pertes financières que subit Air Algérie depuis l’arrêt du trafic aérien à cause de la propagation de la pandémie de la Covid-19 menacent sérieusement la survie de la compagnie nationale.