Un militant du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) devait comparaître mercredi 7 octobre devant le tribunal de Sidi M’hamed d’Alger. Deux avocats qui voulaient assister ce militant ont été empêchés par les services de sécurité de rejoindre la capitale. 

En effet, des agents des services de sécurité, en tenue civile, ont empêché les avocats Kader Houali et Sofiane Dekkal de rejoindre la capitale Alger, pour assister le militant du MAK Lounes Hamzi qui devait comparaître devant le tribunal de Sidi M'hamed. Le prévenu, natif de Makouda, a été arrêté, selon les avocats, mardi 6 octobre au centre-ville de Tizi Ouzou, suite à un mandat d’arrêt émis contre lui par le même tribunal.

Me Kader Houali a indiqué, dans une déclaration au quotidien Liberté, qu’il s'était déplacé mardi soir au groupement de la gendarmerie pour avoir plus d’informations sur les causes de l’arrestation du militant du MAK, « mais en vain ». Ainsi, juste après le transfert du militant vers Alger, Kader Houali et son confrère Sofiane Dekkal ont décidé de prendre la route vers Alger pour assister le prévenu au tribunal de Sidi M’Hamed.

Saisir l'Ordre des avocats pour dénoncer l'entrave au droit à la défense

« Des agents en civil à bord d’une voiture de marque Polo » ont refoulé les deux avocats à leur arrivée à Bordj Menaïel, dans la wilaya de Boumerdes. Ils leur ont ordonné de rebrousser chemin « sans trop parler ». Kader Houali crie à l'« entrave au droit à la défense ». Les deux hommes ont saisi l’Ordre des avocats pour dénoncer ces faits. Kader Houali rappelle qu'ils (les deux avocats) ont « le droit de défendre ce militant et ce dernier a le droit d’être défendu ».

Rappelons que Kader Houali et Sofiane Dekkal sont les deux avocats qui ont déposé plainte contre Naïma Salhi. La procédure judiciaire contre cette députée, accusée d' « incitation à la haine raciale et appel au meurtre », a été engagée le 9 juin 2019.

Lire aussi : Discours haineux en Algérie : Naïma Salhi défie la justice