Le président du parti islamiste MSP, Abderrazak Makri, a lancé, ce dimanche 11 octobre, de graves accusations contre le courant laïque algérien, dans une publication sur sa page Facebook. Il accuse ses partisans d'être un appui pour les forces coloniales et certains, d'être des alliés des sionistes.

"Les composantes principales réelles du courant laïque en Algérie représentent un courant idéologique extrémiste qui n'a ni programme ni projet politique national", affirme d'emblée Abderrazak Makri qui ira loin dans son accusation en les traitant de cinquième colonne, de forces d'appui aux puissances coloniales et d'alliés des sionistes.

Dans le même sillage, le chef du parti islamiste considère que les partisans du courant laïque n'ont pas une "réelle orientation économique". "Leurs partis, organisations et médias, qu'ils soient de la droite ou de la gauche, n'ont d'autre but que de combattre les constantes du pays, entre religion, langue, appartenance, histoire et valeurs", a-t-il également lancé entre autres graves accusations.

Pour Abderrazak Makri, "les partisans de la laïcité en Algérie ne se soucient pas de l’honnêteté des élections et ne se solidarisent pas avec les victimes de la fraude, parce que leur moyen d'arriver au pouvoir n'est pas le vote, mais la pression, le chantage, les lobbies, le soutien étranger". Il estime aussi qu'ils "n'ont aucune morale dans la compétition politique".

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

A vingt jours du référendum constitutionnel pour lequel le MSP a appelé à voter "non", le président de ce parti islamiste ajoute que les laïques sont dénués du sens des responsabilités. "Ils n'ont pas le courage politique, le sens des responsabilité et la noblesse de leadership pour assumer leur présence au pouvoir, mais préfèrent travailler dans l'ombre et influencer les centres de décision", souligne-t-il encore.

Lire aussi : Algérie : Makri s’exprime enfin sur sa rencontre avec Saïd Bouteflika