Le ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin a dévoilé, mardi 13 octobre, des chiffres rares du gouvernement relatifs à la radicalisation des sans-papiers. Il a détaillé les cas d’étrangers radicalisés en situation irrégulière en France avec la ferme intention de procéder à des expulsions, indique le média français Le Monde.

Selon la même source, Gérald Darmanin a rendu public des statistiques rarement divulguées par un gouvernement. Il a également manifesté sa ferme intention de procéder à des expulsions de sans-papiers.

Au total, « 4 111 étrangers sont inscrits au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), dont 851 immigrés clandestins. Sur ce contingent, 661 font déjà l'objet de mesures d'éloignement mais seuls 428 expulsions du territoire national ont été effectuées », a énuméré le même membre du gouvernement français.

Les sans-papiers auteurs des infractions sexistes

Le même ministre de l'Intérieur a annoncé qu'il y avait en France « 231 personnes aujourd'hui qu'il nous faut expulser, qui sont en situation irrégulière ». Ces sans-papiers sont surveillés comme de potentiels radicalisés.

Gérald Darmanin a également soutenu que « 12 lieux de radicalisation ont été fermés durant le mois de septembre dernier, dont une mosquée non déclarée et une école hors contrat dans l'Hérault. Un établissement culturel dans la Loire, cinq commerces et un débit de boissons. Au total, 73 lieux soupçonnés de radicalisation ont été fermés depuis le début de l'année ».

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Par ailleurs, la militante féministe et ministre délégué au même gouvernement Marlène Schiappa a indiqué, concernant le volet qui se rapporte aux outrages sexistes commis par des sans-papiers, que « plus de 2 000 infractions pour outrage sexiste » ont été relevées depuis l'inscription de ce délit dans la loi en 2018. Un total de 142 infractions ont été sanctionnées en septembre, contre 86 en septembre 2019, a-t-elle précisé.

Lire aussi : Situation des sans-papiers algériens en France : L’Algérie appelée à coopérer